mardi 27 septembre 2016

Docbuzz

Retrouvez Docbuzz sur Twitter

Docbuzz est aussi sur Facebook

Crash aérien et alcoolémie du pilote, il y a un lien…

crash1

Dans trois états américains (Maryland, New Mexico, Caroline du Nord), une autopsie est systématique en cas de mort violente, y compris lors d’accident. Cela inclus toutes les victimes de crashs aériens. Le bilan réalisé est particulièrement exhaustif concernant les pilotes de ces avions. Cette banque d’information est unique. Des chercheurs de l’université John Hopkins de Baltimore (Etats-Unis) ont analysé ces données.

Le règlement de l’aviation civile interdit à tout pilote ou membre d’équipage de participer à un vol s’il a absorbé de l’alcool dans les 8 heures qui précèdent.

Selon des données recueillies dans les années 1960, 30% des pilotes impliqués dans des crashs étaient sous l’emprise de l’alcool. Des études menées dans les années 1990 retrouvait encore un chiffre de 8%. On pense aujourd’hui que ce pourcentage a baissé mais aucun contrôle systématique n’étant organisé, personne ne sait réellement.

De 1985 à 2000, il y a eu 1642 crashs aériens sur le territoire de ces trois états. Ils ont entrainé la mort de 313 pilotes. Les dossiers d’autopsies était complets pour 255 d’entre eux (81%). Leur moyenne d’âge était de 45 ans, 63% étaient des pilotes privés. Ils avaient en moyenne cumulé 2488 heures de vol.

Les résultats démontrent que bien qu’inférieur au taux connu dans les années soixantes, l’alcool reste un facteur important dans la survenue des crashs aeriens. En effet, parmi ces 255 pilotes tués, 40 avaient une alcoolémie positive (20 mg/dL) soit 15 %. Trois pilotes présentaient également, accessoirement bien sûr, un test positif au cannabis ou à la cocaïne.

La cause des accidents est une erreur de pilotage dans 94% des cas. Les facteurs favorisant le crash étaient le vol nocturne et les  mauvaises conditions météorologiques avec une visibilité diminuée.

Ces données ne concernent pas l’aviation commerciale pour laquelle les résultats d’éventuels tests ne sont pas connus…On se rappelle cependant de ce pilote de Virgin Atlantic qui, soupconné d’être ivre, fût extrait de son cockpit par les forces de sécurité  juste avant le décollage; Il devait relier Londres à New-York, c’était le 02 avril 2009.

Source:

Characteristics of alcohol-related fatal general aviation crashes

Li G, Baker SP, Lamb MW, Qiang Y, McCarthy ML

Accid Anal Prev 2005 Jan;37(1):143-8.

Articles sur le même sujet