mardi 27 septembre 2016

Docbuzz

Retrouvez Docbuzz sur Twitter

Docbuzz est aussi sur Facebook

Il y a 15 millions d’années, on aurait déjà pu instituer une taxe carbone

20 millions d'années

La terre il y a 20 millions d’années

La très prestigieuse revue scientifique Science publie un article détonant qui démontre qu’il y a 15 millions d’années, le taux de dioxyde de carbone (CO2), celui-là même pour lequel nous allons payer une nouvelle taxe (“La taxe carbone”), était aussi élevé dans l’atmosphère terrestre qu’aujourd’hui.

Selon Aradhna Tripati, Professeur à UCLA (University Califiornia Los Angeles) au département des sciences terrestres et spatiales, et auteur principal de l’article, “La dernière fois que le dioxyde de carbone était aussi élevé qu’aujourd’hui, la température était de 5° à 10° Fahrenheit plus élevée qu’aujourd’hui et le niveau de la mer était plus élevé de 22 à 30 mètres qu’aujourd’hui; il n’y avait pas de calotte glaciaire en Antarctique ou au Groenland”.

Jusqu’à cette publication majeure, les scientifiques étaient capables de connaître avec exactitude l’atmosphère d’il y a 800 000 ans en quantifiant du dioxyde de carbone présent dans les bulles de gaz enfermées dans les glaces de l’Antarctique. Les extrapolations sur l’état de l’atmosphère antérieurement à ces 800 000 années, ne faisaient pas l’unanimité. L’équipe de Triparti a mis au point une technique qui étudie le ratio entre différents éléments chimiques retrouvés au sein d’algues unicellulaires. Cette méthode a été validée en en comparant les résultats obtenus avec ceux provenant des analyses des glaces de l’Antarctique. L’avantage de cette technique est qu’elle leur a permis de calculer avec précision les quantités de dioxyde de carbone présentes dans l’atmosphère jusqu’à 20 millions d’années avant notre ère et d’en mesurer les variations. On quantifie la présence de CO2 dans l’air en ppm (part par million)

L’équipe de Triparti confirme d’abord que le dioxyde de carbone est effectivement un gaz qui a la possibilité de modifier le climat sur la planète. Elle démontre que la création de la calotte glacière antarctique et la montée des eaux d’il y a 14-15 millions d’années est liée à une montée dramatique du taux de CO2 de 100 ppm. A ce moment, le taux de dioxyde de carbone atteint 387 ppm, c’est à dire un taux équivalent à celui d ‘aujourd’hui. Sur le dernier million d’année qui précède notre époque, il a varié de 180 à 300 ppm. Il était de 280 ppm avant la révolution industrielle du XIX siècle et est dorénavant au alentours de 400 ppm. Les projections que permettent leur technique démontre que si nous ne modifions pas notre comportement le taux de dioxyde atteindra 600 à 1000 ppm dans les 100 prochaines années, un taux qui existait sur notre planète il y a 50 millions d’années, lorsque toute glace était absente et toutes les zone subtopicales n’étaient que des déserts (pour mémoire, les dinosaures apparaissent il y a 170 millions d’années et disparaissent il y a 65 millions d’années, les premiers hominidés sont apparus il y a 6 millions d’années et n’ont pas encore disparus…)

L’objectif est maintenant de mieux comprendre pourquoi et comment le cycle du dioxyde de carbone est couplé à celui des climats de notre planète.

Source:

Coupling of CO2 and Ice Sheet Stability Over Major Climate Transitions of the Last 20 Million Years
Aradhna K. Tripati, Christopher D. Roberts , Robert A. Eagle
Science
DOI: 10.1126/science.1178296

Cette recherche a été financée par la divison des sciences physiques de l’université d’UCLA et le centre de recherche national sur l’environnement du Royaume Uni.

Articles sur le même sujet