dimanche 4 décembre 2016

Docbuzz

Retrouvez Docbuzz sur Twitter

Docbuzz est aussi sur Facebook

Le jonglage développe les connexions cérébrales

Image 4

Des scientifiques anglais, de l’Université d’Oxford viennent de prouver que, par un entrainement, nous pouvions améliorer nos connexions cérébrales gérant et contrôlant nos mouvements.

Nos cerveaux sont constitués de substance blanche et de substance grise. la substance blanche est composée des longues fibres nerveuses qui relient entre elles les différentes parties du cerveau, c’est la partie du cerveau responsable de la transmission des informations, alors que la substance grise, composée des corps des neurones, est responsable du traitement des informations. Si on savait qu’il est possible de modifier la structure de la substance grise, cela n’avait encore jamais été démontré pour la substance blanche. C’est chose faite. On sait dorénavant qu’un apprentissage tel que le jonglage avec plusieurs balles est capable d’améliorer les connexions cérébrales au sein de la substance blanche.

Les scientifiques ont recruté 48 personnes adultes. La moitié a reçu un entrainent au jonglage, l’autre moitié permettait de comparer l’apparition d’éventuelles modifications. Des scanners cérébraux avant et après 6 semaines d’apprentissage du jonglage (tous les adultes étaient alors capables de réaliser des cycles de jonglage continu à 3 balles) ont été réalisés, puis un dernier après 4 semaines d’arrêt total du jonglage.

La comparaison des scanners avant-après révèle une augmentation spécifique des connexions cérébrales de la substance blanche dans le groupe sachant jongler et que cette amélioration persistent même après l’arrêt de l’apprentissage. Elles ont lieu dans les aires cérébrales impliquées dans la préhension. La densité de la matière grise a également augmenté en plusieurs endroits du cerveau.

Ces résultats ouvrent de nombreux horizons: les scientifiques aimeraient savoir si c’est la nombre de neurones qui est modifié ou s’il s’agit d’une modification de leurs interconnexions et de la myéline qui les entoure. Selon le Dr Johansen-Berg, c’est une étape de plus franchie vers des améliorations cliniques de la prise en charge de maladies telles que la sclérose en plaque.

Et pour commencer à vous entraîner de suite, Docbuzz vous offre le lien ci-dessous.

Image 2

Source

Training induces changes in white-matter architecture
Jan Scholz, Miriam C Klein, Timothy E J Behrens, Heidi Johansen-Berg
Nature Neuroscience 2009; published online: 11 October 2009 | doi:10.1038/nn.2412

Articles sur le même sujet