lundi 26 septembre 2016

Docbuzz

Retrouvez Docbuzz sur Twitter

Docbuzz est aussi sur Facebook

Bisphénol A et PFOA, finalement pas si bénins ?

Image 5

La ministre de la santé, Roselyne Bachelot-Narquin, après avoir vigoureusement affiché une fin de non recevoir aux détracteurs du bisphénol A, il y a juste quelques semaines à l’Assemblée Nationale (voir notre article Docbuzz), a semble t-il changé d’avis. L’Agence Francaise de Sécurité Sanitaire des Aliments ré-ouvre le dossier du bisphénol A. Il s’agirait d’examiner les nouvelles études sur le sujet.

Inutile de se dire qu’entre temps aucune nouvelle étude n’est venu enrichir les reproches qui pouvaient être fait à ce composé utilisé dans les emballages alimentaire, les plastiques alimentaires (polycarbonate et polyépoxy) et en particulier les biberons.

Le bisphénol A est un oestrogène synthétique, qui sous l’effet de la chaleur, peut migrer dans les liquides et se retrouver absorbé, par exemple par un nourrisson prenant son biberon. Le dernier rapport de l’AFSSA rendu public le 13 novembre 2008 concluait à son innocuité. Le Canard Enchainé révélait dans la foulée que certains rapporteurs auraient pu avoir des conflits d’intérêts?

Le bisphénol est capable de mimer les effets de l’oestrogène et pourrait être impliqué dans le survenue de nombreuses pathologies. Il pourrait être en particulier incriminé dans la baisse de fertilité des garçons.

Les six principaux fabricants de biberons aux Etats-Unis ont décidé en mars 2009, de le retirer de leur production, comme quoi ce n’est finalement pas si compliqué. La volte face de Madame Bachelot-Narquin en est d’autant moins compréhensible ni explicable, qu’elle permet la poursuite d’une intoxication potentielle.

Neuf sénateurs Français ont d’ailleurs déposé un projet de loi fin juillet 2009 visant à interdire toute fabrication, importation ou vente de plastiques alimentaires contenant du bisphénol A. Demandons nous pourquoi Paris, Bordeaux, Nantes et Besançon ont retiré tous les biberons suspects de leur crèches. Nulle doute que l’AFSSA conclura en janvier 2010, date à laquelle elle remettra son nouveau rapport, à un manque de données pour affirmer une toxicité mais proposera un retrait par principe de précaution…Comme cela, personne n’est responsable de rien et tout le monde sera content.

Et que dire du PFOA, l’acide perfluorooctanoïque. Il est présent dans votre cuisine, vos produits de beauté, vos vêtements, vos chaussures, meubles, cires et autres peintures.  Pour ce produit également notre AFSSA ne voit aucune source d’inquiétude, la dose absorbée quotidiennement restant bien en deçà de ce que nos autorités de tutelles appellent “la dose journalière tolérable” arbitrairement fixée à 1,5 ug/kg de poids corporel.

Alors comment expliquer que le CDC Américain (Center For Disease Control) estime que 98% des américains soient exposés? Comment expliquer que le PFOA soit retrouvé dans le lait maternel? Comment expliquer que chez les hommes les plus contaminés par le PFOA, la quantité de spermatozoides soit 2,5 fois plus basse que dans un groupe contrôle (Environmental Health Perspectives juin 2009)? Comment expliquer une augmentation des cancers de la prostate chez les hommes exposés au PFOA en milieu professionnel? Peut-être parce que le PFOA est déjà classé comme cancérogène de classe 3 et jugé toxique pour la reproduction (niveau de classe 2; risque d’effets néfastes à l’enfant pendant la grossesse)?

Dans l’attente d’une efficacité ministérielle qui ne viendra que trop tardivement, n’attendons pas pour agir. Supprimons tout élément contenant du PFOA en contact avec nos aliments: plus de poêle, de casserole, de récipient à raclette traitées au PFOA. Cela fera certes un peu de vaisselle en plus mais aussi beaucoup d’ingestion de PFOA en moins (rassurez vous il existe des articles culinaires sans PFOA)...Certains industriels ont d’ailleurs décidé de le supprimer totalement à partir de 2015

Et bien sûr, les biberons doivent être en verre ou en plastique sans bisphénol A maintenant…

Source

AFSSA

Effets du Bisphénol A (RES)

Communiqué de Presse (RES)

Avis de l’Afssa concernant les risques liés au PFOA

Quelques Etudes publiées:

Conséquences du PFOA sur les enfants à naître

Effets du PFOA sur les spermatozoides humains

PFOA et risque de cancer du sein

Articles sur le même sujet