samedi 3 décembre 2016

Docbuzz

Retrouvez Docbuzz sur Twitter

Docbuzz est aussi sur Facebook

L’eau des égouts trahit les consommateurs de drogues

Image 3

Comment cerner la diversité de la consommation de drogues d’un état, d’une ville ou d’un quartier? Des chercheurs américains de l’Orégon ont eu l’idée de cerner cette consommation de drogue en analysant l’eau des égouts.

Ils ont recueilli le même jour, le 04 mars 2008, des échantillons des eaux d’égout de 96 municipalités représentant 65% (2,5 millions d’habitants) des habitants de l’Orégon et d’y rechercher les traces de plusieurs drogues illicites: de la cocaïne (par la recherche du bensoylecgonine BZE, un métabolite de la cocaïne), de la méthamphétamine ou du MDMA (3,4-méthylène-dioxy-méthylamphétamine), plus connu sous le nom d’ecstasy.

Les traces de cocaïne étaient élevées dans les zones urbanisées et pratiquement indétectables à la campagne. D’autres études avaient en outre montré un regain de la consommation durant le week-end. La méthamphétamine, une drogue plus “rurale”, était cependant retrouvée dans toutes les municipalités sans distinction. Le MDMA était quantifiable dans un peu moins de la moité des municipalités, un peu plus en ville qu’en dehors.

C’est la première fois que l’eau des égout est utilisée pour mener une étude d’évaluation de l’usage de drogues illicites. C’est une méthode simple et peu coûteuse qui d’après les auteurs permettra d’améliorer la connaissance des véritables niveaux d’utilisation de drogues illicites et d’en assurer un suivi efficace.

Source

The spatial epidemiology of cocaine, methamphetamine and 3,4-methylenedioxymethamphetamine (MDMA) use: a demonstration using a population measure of community drug load derived from municipal wastewater
Caleb J. Banta-Green, Jennifer A. Field, Aurea C. Chiaia, Daniel L. Sudakin, Laura Power, Luc de Montigny
Addiction
2009

Crédit photo Creative Commons by Esprit de Sel

Articles sur le même sujet