dimanche 4 décembre 2016

Docbuzz

Retrouvez Docbuzz sur Twitter

Docbuzz est aussi sur Facebook

Les journaux publiant des articles sur les suicides entraînent des suicides “d’imitations”

Les journaux publiant des articles sur les suicides entraînent des suicides "d'imitations"

Le fait que les médias,  journaux et télévisions, publient des articles sur des cas de suicides, a t-il un impact sur le nombre de suicides dans la population? Plusieurs éléments supportent cette hypothèse d’imitation et d’autres bien sûr la contredisent. Pourtant il est déjà démontré que le risque d’imitation suicidaire est fonction de la couverture médiatique : plus elle est importante, plus le risque de suicides dans la population augmente (Pillips, Pirkis, Burgess, francis, Blood & Jolley 2005).

Une théorie pose le concept d’identification suicidaire “verticale” lorsqu’un individu se suicide par imitation du suicide d’une personne socialement plus élevée, comme une célébrité, un “people”. Une autre pose le concept de l’identification “horizontale” lorsque l’imitation a lieu par rapport à un suicide survenu dans un groupe socialement comparable (C’est ce que l’on pourrait suspecter dans une vague de suicides ayant lieu dans une même entreprise…).

L’étude présentée ici a été réalisée pour vérifier cette hypothèse. Les scientifiques ont relevé tous les cas de suicides survenus entre 1996 et 2006 ainsi que tous les articles rapportant des cas de suicides dans les 13 journaux nationaux les plus lus du pays (Autriche) par environ 74% de la population. Ces suicides rapportés par la presse étaient ensuite corrélés aux suicides survenus 28 jours avant et 28 jours après sur l’ensemble du pays afin de détecter un effet d’imitation éventuel.

176 suicides ont été rapportés dans les journaux, chaque suicide donnant lieu à environ 23 articles : 165 étaient des hommes (93,7%), 12 des femmes (6,3%), 14 avaient moins de 29 ans (8%), 136 entre 30 et 64 ans (77%), 26 avaient plus de 65 ans (14,7%). Parmi eux, 16 étaient des célébrités, 66 étaient suspectés ou déjà condamnés pour des actes criminels. Les chercheurs ont pu analyser quels types de suicides pouvaient donner lieu à des actes d’imitations et s’il existait des correspondances (âge, sexe, méthode de suicide, statut social) entre le suicidé et son/ses “imitateur(s)”.

L’étude démontre qu’effectivement les suicides de gens célèbres rapportés par la presse augmentent le nombre de suicides (identification “verticale“). En revanche les suicides de personnes considérés comme criminels réduisent le nombre de suicides. Les criminels ne sont pas un modèle d’identification dans la population générale.

L’étude démontre également que le statut social des personnes suicidées est un facteur prédictif d’augmentation des suicides dans une population à statut social identique (imitation “horizontale“).

Ce phénomène d’imitation est essentiellement retrouvé dans la tranche d’âge 30-64 ans, qui est aussi le principal lectorat des journaux inclus dans l’étude, journaux peu lus par la population des moins de 29 ans.

Les journalistes et directeurs de publications devraient être peut-être plus conscients de l’impact négatif que peuvent générer leur articles rapportant des cas de suicides.

Source

Copycat effect ofter media reports on suicide: A population-based ecologic study
Niederkrotenthaler T, Till B, Kapusta ND, Voracek M, Dervic K, Sonneck G
Soc Sci Med. 2009 Oct;69(7):1085-90. Epub 2009 Aug 13.

Etude supportée par The Australian Academy Of Science

Autres liens:

The influence of media reporting of the suicide of a celebrity on suicide rates: a population-based study

Articles sur le même sujet