lundi 26 septembre 2016

Docbuzz

Retrouvez Docbuzz sur Twitter

Docbuzz est aussi sur Facebook

Qui veut un vaccin contre le H1N1? Une étude menée à Hong Kong

Image 14

Au 20 septembre 2009, 22 054 cas de grippe et 15 décès étaient enregistrés à Hong Kong du fait de la pandémie liée au H1N1. Le 19 juin 2009, le gouvernement de Hong Kong (7 millions d’habitants) lançait un appel d’offre pour acheter 5 millions de doses de vaccins indiquant que deux millions de doses seraient données aux populations à haut risque tels que le personnel soignant, les personnes de plus de 65 ans, les enfants de 6 mois à 6 ans ainsi que les personnes à la santé altérée. Pourtant l’appel d’offre n’ayant pas fonctionné (prix proposé trop faible ?), le gouvernement de Hong-Kong ne dispose pas de vaccin à ce jour. Cette étude a donc été menée afin d’évaluer exactement le nombre de personnes qui souhaitent disposer d’un vaccin.

301 personnes ont été interrogées par téléphone en partant de 5 hypothèses différentes ; 1) le vaccin est gratuit, 2) le vaccin coûte 100 HK$ (un peu moins de 10 euros), 3) Le vaccin coûte entre 100 et 200 HK$, 4) Le vaccin coûte plus de 200 HK$, 5). Les données cliniques sur l’efficacité du vaccin et sa bonne tolérance manquent. Parmi les personnes interrogées, on retrouve 55% de femmes, 47% de personnes de moins de 47 ans, 63% sont mariés.

Dans le cas d’un vaccin gratuit, seulement 45% pensent qu’ils se feront vacciner. Et plus le coût du vaccin augmente, plus le nombre de personnes désirant la vaccination se réduit: 36% pour un coût de 100 HK$, 24% pour un coût de 100-200 HK$ et 15% pour un coût supérieur à 200 HK$. D’ailleurs seulement 10% pensent que eux ou un membre de leur famille attrapera le virus H1N1.

S’ils sont 63% à penser que des études cliniques ont confirmé son efficacité (ce qui est faux), 39% seulement pensent que le vaccin est efficace pour éviter la grippe H1N1, 27% supposent que le vaccin n’est pas sans risque et  16% qu’il peut générer de nombreux effets secondaires.

Mais que savent-ils réellement sur le virus et ses conséquences pour refuser une vaccination? Paradoxalement, si 51% connaissent le mode de transmission exacte du virus, 30% pensent que la mortalité liée au virus H1N1 est supérieure à 1% et 36% pensent même qu’il entrainera un taux de mortalité supérieur à celui de la grippe saisonnière. 14% pensent que la grippe H1N1 réalise des dommages corporels irrémédiables.

Moins de la moitié de la population de Hong Kong souhaite se faire vacciner et encore moins si le vaccin est payant. De toute manière cette population dans sa majorité, ne voit pas la grippe H1N1 comme une pathologie dangereuse dont le risque est supérieur au risque lié à une vaccination. Hong Kong n’échappe donc pas à la suspicion qui entoure l’efficacité et la sécurité d’emploi de  la vaccination contre le H1N1 dans le monde entier, alors même que le gouvernement de Hong Kong a très rapidement mis en place des mesures importantes: mise en quarantaine, fermeture d’au moins 10% ds écoles. Ainsi tant que de véritable résultats scientifiques d’efficacité de la vaccination et de sa sécurité d’emploi ne seront pas disponibles, la volonté des populations de se faire vacciner restera faible.

Source

Acceptability of A/H1N1 vaccination during pandemic phase of influenza A/H1N1 in Hong Kong: popultaion based cross sectional survey

Joseph T F Lau, Nelson C Y Yeung, K C Choi, Mabel Y M Cheng, H Y Tsui, Sian Griffiths

BMJ 2009;339:b4164

Crédit photo Creative Commons par Stuck in Customs

Articles sur le même sujet