dimanche 4 décembre 2016

Docbuzz

Retrouvez Docbuzz sur Twitter

Docbuzz est aussi sur Facebook

L’apprentissage de la langue commence dès le stade foetal

L'apprentissage de la langue commence dès le stade foetal

Dès ses premiers jours, les cris du nourrisson sont influencé par la langue de ses parents. Cette nouvelle étude issue d’une revue médicale prestigieuse suggère que l’enfant est sensible à certains mots qu’il entend depuis le ventre de sa mère pendant la grossesse.

Kathleen Wermke, de l’Université allemande de Würzburg, l’un des investigateurs de l’étude a déclaré que ce qu’il y a d’extraordinaire, c’est que non seulement les nouveaux-nés soient capables de produire des cris reposant sur des “mélodies” différentes” mais qu’ils préfèrent certaines mélodies à d’autres en fonction de la langue qui les a bercé pendant la grossesse.

Des études antérieures ont montré que les fœtus humains sont capables de mémoriser certains sons à partir du 3° trimestre avec une sensibilité toute particulière pour la mélodie accompagnant les mots. Les nouveaux-nés préfèrent la voix de leur mère et perçoivent le contenu émotionnel des messages via l’intonation qui les accompagne.

Le Professeur Wermke et son équipe ont analysé les premiers cris poussés par 60 nouveaux-nés : 30 de parents parlant français et 30 de parents parlant allemand.

Cette analyse a clairement identifié 2 types de cris différents.

Les nouveaux-nés français tendent à pleurer avec un contour mélodique montant contrairement aux nouveaux-nés allemands qui préfèrent un contour mélodique descendant.

Une des explications consiste à penser que le nouveau-né chercherait à imiter la langue de sa mère pour qu’elle ne le rejette pas, à défaut de pouvoir imiter un comportement plus complexe auquel il n’a jamais été exposé.

Du fait de sa morphologie, le contour mélodique est la seule sonorité de la langue que le petit peut reproduire.

Source

Newborns’ Cry Melody Is Shaped by Their Native Language
Birgit Mampe1, Angela D. Friederici2, Anne Christophe3 and Kathleen Wermke
Current Biology, 05 November 2009, doi:10.1016/j.cub.2009.09.064

Articles sur le même sujet