jeudi 29 septembre 2016

Docbuzz

Retrouvez Docbuzz sur Twitter

Docbuzz est aussi sur Facebook

Une ménopause précoce n’influence pas le risque de fracture de la hanche

La densité osseuse décroît rapidement, immédiatement après le début de la ménopause (du fait de la réduction des oestrogènes) et son altération accroît fortement le risque de fracture de la hanche. Toutefois l’âge de début de la ménopause est très variable. Est-ce qu’un début de ménopause précoce augmente le risque de survenue d’une fracture de la hanche et sa précocité ? C’est en analysant des données collectées auprès de 561 609 femmes n’ayant jamais utilisé d’hormonothérapie substitutive, que des scientifiques ont répondu à la question. Au moment du recrutement, 25%  des femmes était en pré ou periménopause (âge moyen 51 ans), 75% étaient ménopausées (âge moyen 58 ans). Parmi les femmes ménopausées, 11% avaient eu une ménopause précoce avant 45 ans. Toutes ces femmes ont été suivies pendant plus de 6 ans. 1 676 (0,3%) ont été hospitalisées pour fracture de la hanche pendant cette période, en moyenne 3,7 années après le recrutement.

Si le risque de fracture du fémur est doublé entre préménopause et postménopause, l’analyse des données confirme que cela est dû essentiellement à l’âge ; L’incidence de la fracture de la hanche est effectivement multipliée par 7 entre 50-54 et 70-74 ans. On passe ainsi de 1 fracture pour 1000 femmes/5 ans à 8 fractures pour 1000 femmes/5 ans. En revanche, l’âge de début de la ménopause n’influence pas le risque de fracture de la hanche, aussi précoce soit-il, que cette ménopause soit survenue naturellement ou soit liée à une chirurgie (ovariectomie billatérale).

Source

Hip fracture incidence in relation to age, menopausal status, and age at menopause : prospective analysis
Emily BanksGillian K. ReevesValerie Beral,Angela BalkwillBette LiuAndrew Roddamfor the Million Women Study Collaborators
PLOS medecine 2009

Articles sur le même sujet