lundi 26 septembre 2016

Docbuzz

Retrouvez Docbuzz sur Twitter

Docbuzz est aussi sur Facebook

Ce qu’il faut savoir avant de parler de sécurité vaccinale au cours de la pandémie H1N1

ARTICLE-VICTIME-VACCIN-HB

Beaucoup de pays ont débuté une vaccination de masse contre le virus H1N1. La surveillance de la fréquence des possibles effets secondaires est prioritaire afin de pouvoir parler de sécurité vaccinale. Mais pour cela, il faut déjà connaître avant de débuter toute vaccination, la fréquence des pathologies susceptibles d’être accrues par cette vaccination de masse. C’est la seule manière d’identifier avec certitude un événement post-vaccination qui ne serait qu’une coïncidence et pourra ainsi être différencié d’un réel effet secondaire du vaccin.

Les auteurs américains de cet article ont identifié dans plusieurs pays, les taux habituels d’événements tels que le syndrome de Guillain Barré, la névrite optique, l’avortement spontané, le décès, etc… et cela en fonction de multiples facteurs tels que l’âge, l’état de santé, le sexe, la géographie. Ils ont pu révéler le taux normal de survenue de ces événements au sein d’une population. Ainsi, si toute survenue supérieure à ces estimations pourra être imputable à la vaccination (par le vaccin anti-H1N1 par exemple), cette méthode a pour intérêt d’éviter qu’un événement aussi dramatique qu’il soit, soit immédiatement interprété par l’ensemble de la population comme un effet secondaire, générant une peur et un rejet de la couverture vaccinale, avec d’inévitables répercutions en termes de santé publique.

Les pathologies considérées sont les suivantes : pour chacune, le taux de survenue est variable en fonction de l’âge, du sexe et du pays:
– Polynévrite dont syndrome de Guillain-Barré (de 0,46 à 10,13 pour 100 000 habitants/an)
– Sclérose en plaque (de 10 à 25 pour 100 000 habitants/an)
– Névrite optique (de 0,37 à 17,5 par 100 000 habitants/an)
– Myélite transverse aiguë (de 0,2 à 9,4 pour 100 000 habitants/an)
– Paralysie faciale (de 12 à 45 pour 100 000 habitants/an)
– Anaphylaxie (de 0,02 à 2,47 pour 100 000 habitants/an)
– Attaque (de 23 à 460 pour 100 000 habitants/an)
– Thrombocytopénie autoimmune (baisse des plaquettes sanguines)(de 0 à 7,8 pour 100 000 habitants/an)
– Mort subite (de 0,06 à 5,4 pour 100 000 habitants/an)

Cela permet aux auteurs de présenter le nombre d’événements coïncidants survenant au sein d’une population recevant un vaccin mais non imputable au vaccin au 1er jour (J1), à la première semaine (J7) et aux 6 premières semaines (S6) :

– Syndrome de Guillain-Barré (pour 10 millions de vaccinés), le nombre sera de 0,51 à J1, 3,58 à J7, 21,5 à S6
– Névrite optique (pour 10 millions de vaccinés), le nombre sera de 2,05 à J1, 14,4 à J7, 83,30 à S6
– Avortement spontané (pour 1 million de femmes vaccinées), le nombre sera de 397 à J1, 2780 à J7, 16 684 à S6
– Mort subite (pour 10 millions de vaccinés), le nombre sera de 0,14 à J1, 0,98 à J7, 5,75 à S6

Une fois ces données connues, un suivi efficace de la sécurité d’emploi (et une communication intelligente des services de santé…, NDRL)  reste nécessaire car par le passé, disent les auteurs, la survenue de tels événement secondaires interprétés à tort comme secondaires aux vaccins et répercutés par les médias, furent la cause d’échecs de vaccination de masse.

Si cette méthode nécessite bien évidemment des banques de données efficaces et à jour, elle permet d’informer régulièrement et en toute transparence, les personnels soignants, les médias et la population, sur la sécurité d’emploi d’une vaccination.

…C’est probablement ce qu’il manque actuellement en France (ceci n’est pas dans le texte de l’article).

Source

Importance of background rates of disease in assessment of vaccine safety during mass immunisation with pandemic H1N1 influenza vaccines

Steven Black, Juhani Eskola, Claire-Anne Siegrist, Neal Halsey, Noni MacDonald, Barbara Law, Elizabeth Miller, Nick Andrews, Julia Stowe, Daniel Salmon, Kirsten Vannice, Hector S Izurieta, Aysha Akhtar, Mike Gold, Gabriel Oselka, Patrick Zuber, Dina Pfeifer, Claudia Vellozzi

The Lancet, Early Online Publication, 31 October 2009

Articles sur le même sujet