samedi 3 décembre 2016

Docbuzz

Retrouvez Docbuzz sur Twitter

Docbuzz est aussi sur Facebook

Des raids policiers contre les pharmacies en ligne mais une impunité pénale des moteurs de recherche ?

Des raids policiers contre les pharmacies en ligne mais une impunité pénale des moteurs de recherche ?

Interpol a mené une vaste opération de saisie de médicaments vendus illégalement sur internet, à laquelle ont participé les polices de 24 pays, de la France à la Thaïlande, qui ont confisqué près de 167.000 comprimés douteux et fermé plus de 70 sites internet de vente.

Le communiqué AFP nous apprend que 751 sites web ont été surveillés dont 72 ont été fermés.

Les sites visés organisaient le trafic de quatre manières, précise-t-il. En bradant sur internet de vrais médicaments obtenus sur ordonnance, en revendant des médicaments périmés et reconditionnés avec une nouvelle date ou en commercialisant des produits ne disposant pas d’Autorisation de mise sur le marché (AMM) ou enfin en proposant des produits contrefaits.

En parallèle, les autorités américaines expliquent avoir envoyé 22 couriers aux webmasters de sites marchands.

A quels médicaments les français sont-ils exposés ?

La plupart des médicaments étant remboursés, un français n’a aucun intérêt à court-circuiter le système de santé pour se procurer un antibiotique ou un antidiabétique.

Il le fera par contre pour se procurer des produits que son médecin ne souhaite pas lui prescrire (psychotropes, coupe-faim ou stimulants sexuels).

Comment les sociétés commercialisant illégalement des médicaments se font-elles connaître ?

Effectuons une expérience : saisissons dans Google “buy” suivi du nom du célèbre comprimé bleu et regardons les résultats obtenus.

9 publicités apparaissent en français dans les liens commerciaux de Google.

Le 1° site dispose d’une version française et commercialise le comprimé bleu à 145 euros la boîte. Pas besoin d’ordonnance. Pas de délivrance par un pharmacien. Les prix sont en euros. Ce site cible la France (drapeau français). Il est donc illégal.

Il en est de même pour les 8 sites suivants.

Trois solutions à envisager

La démarche de la FDA est clairement inutile si elle se limite à un simple envoi de courriers à des sociétés situées dans des paradis fiscaux. Elle prend son sens si elle constitue la première étape d’une véritable démarche judiciaire.

  • Des raids policiers

La démarche entreprise par Interpol a incontestablement un rôle dissuasif. La vente illégale de médicaments s’inscrit dans une démarche globale de lutte contre les filières de la contrefaçon.

  • Condamner la complicité

Faire fermer un site est une action de communication qui ne présente aucun intérêt. Il est en effet possible de le réouvrir instantanément sur un autre serveur dans un autre pays.

Or, les sites décrits ci-dessus ont été découvert via Google, qui est directement rémunéré par voie publicitaire. Il ne s’agit pas du référencement automatique de sites web mais bel et bien d’achat d’espace auprès de Google, s’agissant de liens commerciaux.

La responsabilité pénale de Google pourrait-elle être engagée ?

Le débat pourra également être mené sur l’indexation automatique des sites par les moteurs de recherche.

Une mesure forte visant à déréférencer les pharmacies en ligne signerait leur mort pure et simple.

Un autre levier d’action se situe également au niveau des autorités attribuant les noms de domaines. A l’heure où le gouvernement met en place des systèmes d’ordonnances pénales pour radier le piratage de logiciels (via la HADOPI), ne pourrait-on pas envisager une procédure accélérée pour annuler un nom de domaine associé à une pharmacie en ligne illégale ?

  • Sensibiliser les clients

Nous ne pouvons que déplorer le laxisme des pouvoirs publics sur la question. Autant les campagnes de promotion des médicaments génériques ou celle contre l’utilisation abusive des antibiotiques ont porté leurs fruits, autant celles sur la vente de médicaments contrefaits ont brillé par leur absence.

Je vous invite à visionner un film diffusé dans les cinémas en Grande-Bretagne qui a valu à leurs auteurs des procès (véridique !) qu’ils ont heureusement gagnés.

Traduction : De la mort-aux-rats ! Simplement l’un des dangereux constituants que vous pourrez retrouver dans des médicaments contrefaits achetés à partir de sites internet illégaux.

Obtenez l’original. Obtenez une ordonnance.

Source

Vaste opération d’Interpol de saisie de médicaments illégaux sur internet, AFP, 20/11/2009

FDA Issues 22 Warning Letters to Web site Operators – Part of International Internet Week of Action, FDA, 19/11/2009

Lutte contre les réseaux de vente illicite de médicaments sur Internet, AFSSAPS, 19/11/2009

Crédits photos : Freebird

Articles sur le même sujet