Les bracelets de cuivre ne soulagent pas les douleurs des articulations


bra

De nombreuses personnes croient aux vertus des bracelets magnétisés ou des bracelets de cuivre pour soulager les arthroses de la raideur et de la douleur…Ces bracelets représentent tout de même un marché de 4 milliards de dollars par an au Etats Unis…Pourquoi pas? Le mieux est cependant de vérifier. Des rhumatologues anglais ont recruté 45 patients et leur ont fait porter pendant 16 semaines 4 bracelets différents: un bracelet magnétisé en vente dans le commerce, un bracelet non magnétisé, un bracelet de cuivre et un bracelet peu magnétisé.

Les patients ne savait pas quel bracelet ils portaient. Ils répondait après chaque séquence à un questionnaire sur la douleur, la quantifiaient grâce à une échelle de la douleur, évaluaient leur capacité à utiliser leurs articulations et chiffraient les médicaments utilisés pour soulager la douleur.

Aucune différence n’est retrouvée entre les différents bracelets en termes de réduction de la douleur. Concernant la raideur articulaire, la capacité de mobilisation des articulations et la quantité de médicaments antidouleur utilisés, tous avaient également le même résultat. Des analyses plus fines concernant les échelles de douleurs montrent néanmoins un effet du bracelet en cuivre sur la douleur au toucher.

C’est la première étude sur le sujet utilisant une méthode scientifique moderne et éprouvée. Malheureusement les résultats démontrent que les bracelets magnétisés ou en cuivre n’apporte pas de soulagement aux patients. On ne peut à la rigueur que leur attribuer un léger effet placebo, concluent les auteurs.

Source

Therapeutic effects of magnetic and copper bracelets in osteoarthritis: A randomised placebo-controlled crossover trial

Stewart J. Richmond, Sally R. Brown, Peter D. Campion, Amanda J.L. Porter, Jennifer A. Klaber Moffett, David A. Jackson, Valerie A. Featherstone, Andrew J. Taylor

Complementary Therapies in Medecine 2009

3 thoughts on “Les bracelets de cuivre ne soulagent pas les douleurs des articulations

  1. vous devriez valider , il y a d’Autre études plus importante en australie en:

    Je m’intéresse au bracelet de cuivre depuis 1974, date à laquelle un article dans un journal australien fit état de 157 rhumatisants déclarant que le bracelet de cuivre avait soulagé leur douleur. Cet article fit grand bruit en Australie mais souleva des réticences parmi mes amis médecins. J’entrepris alors ma propre étude, publiant une lettre dans plusieurs revues australiennes demandant la coopération de personnes ayant de l’arthrose. Plus de 300 personnes répondirent, à qui nous fîmes parvenir un questionnaire détaillé. Elles furent invitées à prendre part à une étude expérimentale afin de déterminer quelle pouvait être l’incidence du port d’un bracelet de cuivre sur leur affection. Les personnes furent convoquées à l’hôpital Royal de Newcastle et divisées en 2 groupes, certains portant un bracelet placebo en aluminium ayant l’apparence du cuivre et d’autres un vrai bracelet de cuivre. L’étude révéla la supériorité du bracelet de cuivre sur le bracelet placebo. Les bracelets de cuivre utilisés ayant été pesés avant utilisation et au terme du test, on nota une perte de poids de 23 mg par mois en moyenne pour chaque bracelet de cuivre. Les analyses de sueur montrèrent la présence de cuivre dans celle des sujets portant un bracelet, prouvant que le cuivre pénètre bien à travers la peau. Notre étude démontra donc que le cuivre du bracelet perfusait à travers la peau pour pénétrer dans l’organisme. Une personne souffrant d’arthrose peut être comparée à un naufragé mourant de soif. Le naufragé a besoin d’eau, et la personne qui souffre, de cuivre. »

    Docteur W.R. WALKER, Université de Newcastle, Australie.

    Pour compléter cette étude du Docteur Walker, il est intéressant d’évoquer ce que Jean Palaiseul dans « Les cadeaux du ciel et de la terre »1 a écrit à ce sujet :

    « Tout ce que j’avais essayé pour vaincre la douleur rhumatismale qui me bloquait le coude droit dès que je le soumettais à un effort prolongé ou violent avait échoué. Certes, des applications de feuilles de chou me rendaient l’usage de mon bras au bout de quelques heures, mais ce que je souhaitais découvrir était une autre technique, préventive celle là, car vous reconnaîtrez avec moi qu’il vaut mieux prévenir que guérir. Et il n’est pas facile de jardiner avec un emplâtre de chou maintenu au niveau de l’articulation. C’est ce que je confiais un soir, devant un grand feu de bois, à l’ami médecin qui faisait escale avec sa femme dans notre moulin en rentrant de vacances. Pourquoi ne portez-vous pas un bracelet de cuivre ? Je crus qu’il plaisantait. Comme tout le monde, en feuilletant certains magazines, j’avais aperçu des placards publicitaires vantant les mérites de ce que je croyais être un gadget thérapeutique. Cependant, je n’avais pas prêté grande attention à cette prose alléchante du fait que j’étais persuadé que les résultats restaient étroitement liés à la suggestion. Celle-ci devant être annihilée par mon scepticisme naturel, j’estimais avoir fort peu de chances de profiter un jour des merveilleuses vertus de ce gri-gri moderne. Je le dis à mon ami médecin qui affirma qu’il parlait sérieusement, et qui me promit de m’envoyer dès son retour chez lui un de ces bracelets miracles avant de préciser : c’est vers 1950 qu’un médecin belge révéla dans des journaux médicaux son expérience de plusieurs années au Congo belge. Il avait séjourné parmi les tribus autochtones dans une région très humide, près d’un grand lac. Or les hommes de ces tribus étaient perclus de rhumatismes déformants douloureux alors que les femmes en étaient indemnes. Il y avait là un mystère qu’il résolut d’élucider. Après plusieurs années d’observations et d’essais divers, il en vint à conclure sans équivoque possible que les femmes devaient leur étrange protection contre les rhumatismes aux bijoux de cuivre qu’elles portaient aux bras et aux chevilles : des bracelets en forme d’anneaux ouverts.»

    Jean PALAISEUL

    Raïssa Blankoff, naturopathe-aromathérapeute, http://www.naturoparis.com.

    Raïssa Blankoff
    Source :
    1. Jean PALAISEUL, Les cadeaux du ciel et de la terre, Editions Robert Laffont, 1975

  2. Foutaise cette étude.
    Car dès la mise en place du bracelet, 2 jours après plus de douleurs articulaires la nuit. Que du bonheur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *