jeudi 29 septembre 2016

Docbuzz

Retrouvez Docbuzz sur Twitter

Docbuzz est aussi sur Facebook

Danger sur les médecins de nuit

medecins-nuit

Les médecins travaillent le jour et souvent enchaînent avec une garde de nuit (16h30-7h), pour le lendemain poursuivre sur une journée complète. Rares sont les professions où la disponibilité est autant nécessaire. La majorité des médecins réalisent 3 à 5 gardes par mois. Les situations peuvent être stressantes, le manque de sommeil s’accumule, et il y a une désynchronisation des rythmes veille-sommeil. Des scientifiques Autrichiens ont voulu en évaluer les répercutions sur le santé des médecin.

30 médecins hospitaliers ont participé à l’étude. 15 avaient 4 gardes de nuit par mois, les 15 autres n’en avaient pas. Ils étaient en moyenne âgés de 33 ans,70% étaient des hommes. Un questionnaire était rempli par chacun pendant les nuits de garde : moment stressant, durée du sommeil, nombre de réveils…On réalisait un enregistrement des rythmes du coeur sur 24 heures (électrocardiogramme), de la pression artérielle également sur 24 heures et des prélèvements sanguins étaient effectués.

Les médecins de garde sont restés éveillés plus longtemps et ont un un temps de sommeil plus court. Les hormones du stress, la noradrénaline et l’adrénaline sont significativement plus élevées pendant les gardes de nuit. Leurs électrocardiogramme montrent plus d’extrasystoles ventriculaires, La pression artérielle diastolique mesurée sur 24 heure est plus élevée comme la pression artérielle systolique nocturne. Il y a également une augmentation du HDL cholestérol et des triglycérides.

L’augmentation des arythmies cardiaques et les perturbations de la pression artérielle et des différentes données biologiques laissent penser que ces médecins sont beaucoup plus à risque d’évènements cardiovasculaires tels qu’un infarctus du myocarde ou une accident vasculaire cérébral. Même si une étude de suivi serait nécessaire pour l’affirmer, des mesures devraient être prises pour limiter les complications cardiaques auxquelles s’exposent ces médecins.

Source

Arrhythmias and increased neuro-endocrine stress response during physicians’night shifts: a randomized cross-over trial
Markus Rauchenzauner, Florian Ernst, Florian Hintringer, Hanno Ulmer, Christoph F. Ebenbichler, Marie-Therese Kasseroler, and Michael Joannidis
European Heart Journal (2009) 30, 2606–2613

Articles sur le même sujet