samedi 3 décembre 2016

Docbuzz

Retrouvez Docbuzz sur Twitter

Docbuzz est aussi sur Facebook

Le risque d’autisme croît avec l’âge des parents

139602828_bbaf76d454

Un étude américaine montre que par rapport à des parents dans la tranche d’âge 25-29 ans, le risque d’autisme de l’enfant est réduit chez des parents de moins de 20 ans, et augmenté pour un âge de la mère supérieur à 35 ans et un âge du père supérieur à 40 ans.

Pour mener à bien cette études, les scientifiques ont utilisé une banque de données ayant enregistré 250 000 naissances comportant des indications complètes sur les parents. 1251 enfants âgés de 8 ans avaient un diagnostic d’autisme dont 75 % un syndrome d’Asperger. Afin de corréler le risque d’autisme de l’enfant à l’âge parental, 6 catégories ont été créées : parents<20 ans, 20-24 ans, 25-29 ans, 30-34 ans, 35-39 ans, >40 ans.

Les résultats démontrent qu’aussi bien l’âge de la mère que l’âge du père influencent le risque d’autisme chez l’enfant. Ce risque s’accroît en fait pour chaque tranche d’âge de 10 ans, de 20% pour la mère et de 30% pour la mère. Le plus faible risque est retrouvé lorsque la mère est dans la tranche d’âge 20-34 ans et le père < 40 ans. Le plus fort risque est retrouvé chez les mères >35 ans et le père >40 ans.

L’étude apporte d’autres résultats étonnants. Le risque d’autisme est plus élevé chez l’aîné que chez les enfants suivants.

Ces résultats sont d’autant plus importants qu’ils pourraient expliquer en partie l’augmentation du risque d’autisme actuellement retrouvé. En effet, en 1980, les mères âgées de plus de 35 ans représentaient 5% des naissances, alors que l’on atteint 14,2% des naissances en 2004. Dans le même temps les nouveaux pères de plus de 40 ans ont augmenté et ceux de moins de 30 ans ont diminué. De plus avec la réduction du nombre d’enfants par famille, le nombre d’aînés est devenu proportionnellement plus important.

Quelle est l’explication? Les scientifiques avancent plusieurs hypothèses : l’âge avançant, des mutations pourraient se produire dans les chromosomes apportés par le père et par la mère. De plus l’âge de la mère accroît le risque de complications durant la grossesse. Les mutations pourraient également être liées à des modifications environnementales et/ou à des expositions à différents toxiques. Les procréations médicalement assistées pourraient jouer un rôle mais les données de l’étude ne permettent pas de conclure sur ce point. Concernant le risque plus élevé chez l’aîné, les scientifiques supposent qu’il pourrait être lié à une accumulation de substances neurotoxiques dans les cellules lipidiques (graisse) de la mère et dont le relarguage au cours de la première grossesse  comme lors de la lactation serait plus importante. Toutefois, il pourrait également s’agir d’un biais statistique, les parents ayant un aîné autisme pouvant décider d’éviter d’avoir d’autres enfants.

Tableau: Risque d’autisme en fonction de l’âge des parents au moment de la naissance de l’enfant et risque en fonction de la position dans la fratrie. Le risque est multiplié par 2,2 entre un âge de la mère <20 ans et >40 ans.  Le risque est multiplié par presque 3 entre un âge du père <20 ans et >40 ans.

Image 4

Source

Advanced Parental Age and the Risk of Autism Spectrum Disorder
Maureen S. Durkin, Matthew J. Maenner, Craig J. Newschaffer, Li-Ching Lee, Christopher, M. Cunniff, Julie L. Daniels, Russell S. Kirby, Lewis Leavitt, Lisa Miller, Walter Zahorodny, Laura A. Schieve
Am. J. Epidemiol., 1 December 2008; 168: 1268 – 1276.

Crédit Photo Creative Commons by jiggs image

Articles sur le même sujet