vendredi 30 septembre 2016

Docbuzz

Retrouvez Docbuzz sur Twitter

Docbuzz est aussi sur Facebook

La grippe H1N1 serait la grippe la moins sévère que nous ayons connue

La grippe H1N1 serait la grippe la plus bénine que nous ayons connue

La célèbre revue médicale PLoS Medicine vient de publier une étude sur la sévérité de la grippe H1N1 aux Etats-Unis d’avril à juillet 2009. Cette étude a été financée par des fonds publics.

Partant du constat qu’il est enfin temps d’évaluer la sévérité de la grippe sur la base des observations lors de ses premières manifestations plus tôt dans l’année pour anticiper ses conséquences sur sa résurgence en automne, les chercheurs nous dévoilent des résultats à contre-courant de la polémique médiatico-politique ayant enflammé notre quotidien.

La sévérité de la grippe a été délicate à mesurer. L’émergence de cas sérieux tient vraisemblablement à leur anticipation fébrile par une communauté médicale ayant exagéré des cas d’intensité plus classique.

Selon cette étude, la mortalité serait très loin des prédictions alarmistes dans lesquelles nous avons baigné ces derniers mois.

“Je pense qu’il s’agit là de la pandémie la plus bénine que nous avons pu constater depuis que nous les mesurons” a déclaré ainsi Marc Lipstitch, Professeur d’épidémiologie à l’école de santé publique d’Harvard, l’un des auteurs de la publication, au Washington Post.

L’analyse repose sur les données collectées à New York et Milwaukee, concluant que le virus pourrait tuer entre 6000 à 45 000 personnes d’ici la fin de l’hiver. Le scénario le plus probable se situerait entre 10000 et 15000 tués. Le scénario le plus catastrophique atteindrait les 60000 morts.

La grippe saisonnière tue chaque année aux Etats-Unis en moyenne 36000 personnes.

Les auteurs confirment que la grippe touche préférentiellement les enfants de 0 à 4 ans et les adultes de 18 à 64 ans.

Ils confirment également l’intérêt de se faire vacciner et l’intérêt du principe de précaution mis en place qui a coûté des milliards de dollars. “Nous avons eu de la chance” ont-ils déclaré. “Si la pandémie avait tué 60000 ou 70000 personnes, ces décès auraient été inexcusables.”

Enfin, les auteurs se montrent très septiques sur l’émergence d’une troisième vague de pandémie de la grippe H1N1 courant 2010.

Source

The Severity of Pandemic H1N1 Influenza in the United States, from April to July 2009: A Bayesian Analysis
Anne M. Presanis, Daniela De Angelis, The New York City Swine Flu Investigation Team, Angela Hagy, Carrie Reed, Steven Riley, Ben S. Cooper, Lyn Finelli, Paul Biedrzycki, Marc Lipsitch
PLoS Medicine, December 2009 | Volume 6 | Issue 12 | e1000207

Flu pandemic could be mild, The Washington Post, 08/12/2009

Crédits Photo : Woodleywonderworks

Articles sur le même sujet