samedi 3 décembre 2016

Docbuzz

Retrouvez Docbuzz sur Twitter

Docbuzz est aussi sur Facebook

Peux t-on estimer que la grippe H1N1 va sauver des vies?

2126230680_a756043f3b

Les virus de la grippe se livrent une compétition. Lorsque le virus de la grippe H1N1 s’est diffusé à travers le monde, l’OMS s’est alarmée, les états se sont mobilisés. Le constat posé dans différents pays ou le H1N1 s’est propagé est qu’il est finalement bien moins léthal que celui de la grippe saisonnière. Certes, il atteint une population plus jeune, mais cette population semble plus résistante que la population âgée victime habituelle de la grippe saisonnière. Bilan? Moins de victimes en Australie (cf article Docbuzz), moins de victimes aux Etats-Unis (cf article Docbuzz), moins de victimes en Angleterre (cf article Docbuzz) et en Belgique (cf article Docbuzz), pour la France attendons la fin de la pandémie qui n’a pas de raison de durer beaucoup plus longtemps que chez ses voisines.

La présence du virus H1N1 a donc retardé voir empêché la diffusion du virus de la grippe saisonnière comme le montre les courbes de contaminations dans les pays tenant à jour une véritable comptabilité de cas prouvés, nous ne parlons pas ici de la France. Cette compétition biologique aura peut-être finalement sauvé des vies, les vies de nombreuses personnes de plus de 65 ans qui auront évité une contamination grippale. C’est en tous les cas la tendance actuelle que livrent les informations des pays exposés. De fait, une vaccination massive ne semble plus nécessaire pour juguler la diffusion du virus H1N1. Nous sommes loin heureusement de la pandémie grippale des années 1918-1920. Les stocks accumulés au prix fort de vaccins anti-H1N1 ne vaudront sous peu plus grand choses, pas plus que les stocks de vaccins anti-H5N1 qui avaient été fabriqués lorsque la frayeur de la grippe aviaire avait envahi les colonnes des journaux (lien instructif). Attendons la fin pour conclure mais l’argument qui serait de lier un début de vaccination massive contre le H1N1 à la faible mortalité finale ne tient déjà plus debout.

Source

Etats-Unis

The Severity of Pandemic H1N1 Influenza in the United States, from April to July 2009: A Bayesian Analysis
Anne M. Presanis, Daniela De Angelis, The New York City Swine Flu Investigation Team, Angela Hagy, Carrie Reed, Steven Riley, Ben S. Cooper, Lyn Finelli, Paul Biedrzycki, Marc Lipsitch
PLoS Medicine, December 2009 | Volume 6 | Issue 12 | e1000207

Australie

Australia’s Winter with the 2009 Pandemic Influenza A (H1N1) Virus
James F. Bishop, M.D., Mary P. Murnane, B.A., and Rhonda Owen, B.Sc.
New England Journal of Medecine 2009

Grande-Bretagne

UK National Health Agency : 3 december 2009

The Guardian : 3 december 2009

Belgique

Comité Interministériel Influenza daté du 3 décembre 2009

Institut Scientifique de Santé Publique rapport hebdomadaire

Crédit Photo Creative Commons by Giandomenico Ricci

Articles sur le même sujet