vendredi 30 septembre 2016

Docbuzz

Retrouvez Docbuzz sur Twitter

Docbuzz est aussi sur Facebook

Les probiotiques, un complément important au traitement des vaginoses bactériennes récidivantes

Dans le vagin, vivent de nombreuses bactéries, les lactobacilles composant la “flore de Döderlein”. Une vaginose bactérienne survient lorsque certaines de bactéries pathogènes se mettent à proliférer (par exemple gardnerella vaginalis…) et rompent l’équilibre physiologique. Les lactobacilles composant la “flore de Döderlein” disparaissent. Une telle vaginose bactérienne accroît le risque de contamination par d’autres germes. Dans près de 50% des cas, les femmes ne ressentent aucun symptôme. Dans le cas contraire, le métronidazole est un traitement classique mais les récidives restent fréquentes.

En 2006, une étude avaient été menée chez 40 femmes qui avaient été traitées par un traitement probiotique ou par un traitement classique. Elles recevaient deux capsules de Lactobacillus rhamnosus GR-1 and Lactobacillus reuteri RC-14 chaque soir pendant 5 jours, ou une application vaginale de  gel de métronidazole dosé à 0.75% deux fois par jour. Les résultats étaient évalués à au 6 ème jour, 15 ème jour et 30 ème jour. Les résultats étaient deux fois meilleurs avec les probiotiques qui avaient guéri respectivement 16, 17 et 18 femmes sur 20 contre 9, 9 et 11/20 pour le traitement classique par métronidazole.

En fait, la vaginose survient quand les lactobacillus de la flore vaginale habituelle sont remplacés par des bactéries pathogènes anaérobies. Plusieurs études ont montré qu’en absence du retour des lactobacillus,  des récidives survenaient. Cette nouvelle étude a recruté 16 patientes traitées plusieurs fois par du métronidazole 400 mg en comprimé, avec à chaque fois une récidive. La moitié devait appliquer 5 grammes de métronidazole 0,75% en intravaginal, 2 fois par semaine, pendant 3 mois. L’autre groupe prenait un comprimé de probiotique 2 fois par jour, pendant 3 mois en plus du traitement local du premier groupe. Dès la quatrième semaine de traitement, les 8 femmes du groupe probiotiques étaient considérées comme complètement guéries. A 12 semaines, une patiente du groupe probiotique avait rechuté alors que seulement 3 du groupe métronidazole étaient considérées comme guéries.

Ces deux études, réalisées à quelques années d’intervalle démontrent que pour définitivement traiter une vaginose bactérienne récidivante, il faut associer le traitement classique, qui permet de détruire la colonisation bactérienne pathogène, avec les probiotiques qui facilitent la recolonisation vaginale par les lactobacilles et offrent ainsi plus de chance de guérison.

Source

Probiotic and metronidazole treatment for recurrent bacterial vaginosis
Jyoti, Thulkar , Alka, Kriplani , Nutan, Agarwal
International Journal of Gynecology & Obstetrics, In Press, Corrected Proof, Available online 24 November 2009

Clinical study comparing probiotic Lactobacillus GR-1 and RC-14 with metronidazole vaginal gel to treat symptomatic bacterial vaginosis
Kingsley C. Anukam, Emmanuel Osazuwa, Gibson I. Osemene, Felix Ehigiagbe , Andrew W. Bruce, Gregor Reid
Microbes and Infection Volume 8, Issues 12-13, October 2006, Pages 2772-2776

Crédit photo Creative Commons by Thierry Lothon

Articles sur le même sujet