samedi 3 décembre 2016

Docbuzz

Retrouvez Docbuzz sur Twitter

Docbuzz est aussi sur Facebook

USA : 2 cas de maladies rares du cerveau après transplantation

Les cas de deux enfants américains ayant bénéficié d’une transplantation rénale et souffrant maintenant d’une affection rare du cerveau, relance la polémique outre-atlantique sur la sécurité des contrôles prégreffes. Le donneur souffrait effectivement d’une pathologie cérébrale qui avait été initialement diagnostiquée comme une maladie auto-immunitaire non transmissible. Cette erreur a rendu possible le don d’organes.

Ces cas mettent l’accent sur l’absence de règle au niveau nationale aux Etats-Unis, quant-au pathologies devant faire l’objet d’une interdiction de don d’organe. Le jeune donneur avait un état mental très altéré et la plupart des experts disent aujourd’hui qu’ils auraient, face à cette situation, interdit la transplantation.

On estime à 1% les affections transmises par un don d’organe. Il s’est agit de la rage, du HIV, du virus West Nil, de la tuberculose, de parasites et même de cancers. Il y a aux Etats-Unis, 100 000 patients sur liste d’attente.

En fait le donneur été infecté par une amibe, infection évidemment transmissible, alors que le premier diagnostic avait été celui d’encéphalomyélite disséminée, pathologie inflammatoire qui elle ne serait pas transmissible. Tous les tests obligatoires pour une transplantation ayant été effectués et ayant été négatifs, la transplantation a été autorisée. Le coeur, le foie et les reins ont été prélevés. Trois semaines plus tard, les receveurs étaient réhospitalisés pour fièvre, syncopes et altération de leur état mental. Les médecins ont rapidement retrouvé une amibe, Balamuthia mandrillaris, assez rare puisqu’elle n’a fait que 70 victimes aux Etats-Unis, tous étant décédé d’une méningoencéphalite amibienne. L’amibe vit dans l’eau et les sols. Elle pénètre chez l’homme par des coupures cutanées et par les voies respiratoires. Pour l’instant les receveurs du coeur et du foie ne présentent pas la maladie, sans que les médecins sachent pourquoi.

Source

Officials Re-examining Organ Transplant Rules
New York Times
le 27 décembre 2009

Crédit Photo Creative Commons by mallix

Articles sur le même sujet