Samedi 1 novembre 2014

Docbuzz

Retrouvez Docbuzz sur Twitter

Docbuzz est aussi sur Facebook

Newsletter

ChargementChargement


La méditation transcendantale divise par deux le risque de décès cardiovasculaire

Image 8

Une étude clinique présentée au dernier congrès international de cardiologie à Orlando (Etats Unis, Floride) démontre que la méditation transcendantale diminue presque de moitié le risque de décès, d’infarctus et d’accident vasculaire cérébral.

La méditation transcendantale est une technique de relaxation inventée dans les années 1950 par le gourou Maharishi Mahesh Yogi, devenue populaire après que les Beatles l’aient expérimenté dans les années 1960. Elle avait déjà montré son intérêt dans la réduction de la pression artérielle (1) et l’amélioration de la concentration.

Des spécialiste de la médecine préventive de l’université de l’Iowa ont recruté 201 patients atteints de maladie coronaire âgés en moyenne de 59 ans. La maladie coronaire réduit le calibre des artères irriguant le coeur exposant les patients à un risque accru d’infarctus et de décès. La maladie touchant fréquement d’autres artères, ces patients sont également à risque d’accident vasculaire céérbral.

Les patients ont été séparés en deux groupes, tous bénéficiant des traitements habituels destinés à réduire leur risque cardiovasculaire (réducteur du cholestérol, réducteur de la pression artérielle, réducteur de la fréquence cardiaque…). Un des deux groupe a appris et mis en pratique en plus, la méditation transcendantale. Les patients la pratiquaient 15 à 20 minutes par jour.

Après 5 années de pratique en moyenne, ceux qui pratiquaient la méditation transcendantale en plus du traitement classique, avaient eu 43% moins de décès, d’infarctus du myocarde et d’accidents vasculaires cérébraux. Ce résultat est supérieur à ce que permet d’obtenir un réducteur du cholestérol (statine).

L’explication de ce résultat n’est pas évident. Déjà, les patients pratiquant la méditation avaient obtenue une pression artérielle plus basse que les autres (PAS -5,1 mmHg). On sait également que la méditation peut en plus réduire le stress et la stimulation du système sympathique impliqué dans l’augmentation de la fréquence cardiaque. Ces patients avaient justement une réduction importante de leur stress et même du nombre de dépressions.

Source

Effects of stress reduction on clinical events in african americans with coronary heart disease: A randomized controlled Trial
Robert Schneider, Sanford Nidich, Jane Morley Kotchen, Theodore Kotchen, Clarence Grim, Maxwell Rainforth, Carolyn Gaylord King, John Salerno
American Heart Association Congress 2009, Abstract 1178

1 : Effects of a Randomized Controlled Trial of Transcendental Meditation on Components of the Metabolic Syndrome in Subjects With Coronary Heart Disease
Maura Paul-Labrador, MPH; Donna Polk, MD, MPH; James H. Dwyer, PhD; Ivan Velasquez, MD; Sanford Nidich, PhD; Maxwell Rainforth, PhD; Robert Schneider, MD; C. Noel Bairey Merz, MD
Arch Intern Med. 2006;166:1218-1224.

Crédit Photo Creative Commons by Myogaonline

Articles sur le même sujet