samedi 3 décembre 2016

Docbuzz

Retrouvez Docbuzz sur Twitter

Docbuzz est aussi sur Facebook

Le sélénium, protecteur des cancers de l’oesophage et de l’estomac

Le sélénium est un oligoélément. Sous forme de complément alimentaire, il peut être dangereux car sa dose toxique est atteinte très rapidement (400 µg/j). En revanche, on le retrouve dans les champignons, le foie, les crustacés, le poisson, l’ail, les rognons… Le sélénium a longtemps été présenté comme pouvant réduire le risque de certains cancers. Le but de cette étude hollandaise était d’évaluer le rapport en taux de sélénium et risque de cancer de l’œsophage et de cancer de l’estomac dans une population de 120 852 hommes et femmes âgés de 55 à 69 ans.

Ces volontaires ont été recrutés en 1986. Ils ont répondu à un questionnaire et on a mesuré leur taux de sélénium.

16 ans plus tard, 64 avaient eu un cancer de l’œsophage (carcinome), 112 un autre type de cancer de l’œsophage (adénocarcinome), et 114 un cancer gastrique (adénocarcinome). Les patients ayant eu un cancer ont été comparé à un panel de patients représentatifs n’en ayant pas eu.

Les scientifiques démontrent que plus le taux de sélénium était élevé chez les patients, plus le risque de cancer de l’œsophage (carcinome) était faible. Les patients ayant eu ce cancer avaient donc un taux bas de sélénium. Un résultat bénéfique mais dans une moindre mesure est retrouvé pour le cancer de l’estomac. En revanche, ils ne retrouve pas cette caractéristique pour  l’adénocarcinome de l’œsophage.

Le bénéfice du sélénium était encore plus marqué chez les femmes et chez ceux n’ayant jamais fumé.

Source

Selenium status and the risk of esophageal and gastric cancer subtypes: the Netherlands cohort study
Jessie Steevens, Piet A. van den Brandt, R. Alexandra Goldbohm, Leo J. Schouten
Gastroenterology published online 14 December 2009.

Crédit Photo Creative Commons by franckartcullinary

Articles sur le même sujet