jeudi 29 septembre 2016

Docbuzz

Retrouvez Docbuzz sur Twitter

Docbuzz est aussi sur Facebook

C’est par l’avion que le H1N1 a contaminé la planète

Le nombre de pathologies circulant à travers la planète en avion est souvent sous-estimé. La variole, la tuberculose, le SRAS, la rougeole, et bien sûr la grippe saisonnière, tous sont capables de prendre aisément l’avion et de contaminer durant un vol, nombre de passagers.

Des scientifiques de Californie, utilisant un modèle mathématique et connaissant la capacité de contamination du virus de la grippe H1N1, ont calculé le nombre de passagers qui pourraient être infectés pendant un vol à partir d’une seule personne infectée au début du vol. Ils démontrent sans surprise que plus le vol est long, plus le nombre de passagers contaminés est important. Ainsi pour les classes affaires, 0 à 1 infection peut survenir pendant un vol de 5 heures, 1 à 3 pendant un vol de 11 heures et 2 à 5 pendant un vol de 17 heures. Pour les classes économiques, ce taux de contamination est de 2 à 5 infections pendant un vol de 5 heures, 5 à 10 pendant un vol de 11 heures et 7 à 17 pendant un vol de 17 heures.

Selon les auteurs, cette étude démontrerait combien il pourrait être important de supprimer les vols aériens lorsqu’une infection se déclare dans un pays. Ils concluent même que la mise en quarantaine des passagers, surtout de ceux voyageant en classe économique, pourrait également jouer un rôle de contrôle important de l’épidémie.

La responsabilité de l’ensemble des autorités nationales et internationales, de n’avoir pas suspendu les vols en provenance et en partance du Mexique, serait-elle engagée dans l’instauration de cette pandémie H1N1 qui aurait causé près de 13000 morts.

Il s’agit là de la position des auteurs de cette publication qui ne manque pas d’ouvrir le débat sur l’intérêt d’une mise en quarantaine.

A ce sujet, nous vous invitons à lire le commentaire de l’éditorial du NEJM.

Source

Calculating the potential for within-flight transmission of influenza A (H1N1)
Bradley G Wagner, Brian J Coburn, Sally Blower
BMC Medicine 2009, 7:81doi:10.1186/1741-7015-7-81

crédit Photo Creative Commons by caribb

Articles sur le même sujet