lundi 26 septembre 2016

Docbuzz

Retrouvez Docbuzz sur Twitter

Docbuzz est aussi sur Facebook

Reconstruire de véritables pénis, c’est possible!

Des scientifiques ont réussi à recréer un pénis artificiel à des lapins à partir de leurs propres cellules : ils ont aujourd’hui une descendance.
Des anomalies génétiques du pénis, un traumatisme, un cancer ou certaines anomalies contractiles nécessitent une reconstruction pénienne. On appelle cela la pénoplastie. Cette reconstruction est souvent limitée par le manque de tissu natif. Elle nécessite de plus de multiples interventions avec parfois pose de prothèse en silicone ou des implants autogreffes (tissu appartenant au patient). Le corps caverneux est une paire de corps cylindriques de tissu spongieux qui permet l’érection. Des cellules endothéliales libèrent localement un substance vasodilatatrice, l’oxyde nitrique (NO) qui déclenche la relaxation des muscles lisses des artères sanguine autorisant l’afflux sanguin. La reconstruction d’une telle fonction est particulièrement difficile. Les premiers résultats de thérapie cellulaire n’ont pas eu les résultats escomptés, permettant seulement une augmentation intrapénienne de pression de 8% par rapport à la normale (insuffisant pour obtenir une érection).

Les scientifiques ont donc décidé de recréer entièrement un pénis à partir d’ingénierie cellulaire. Les différents types cellulaires constituant du pénis ont été prélevés chez chacun des 12 lapins participant à l’étude et chacune des lignées cellulaires nécessaires a été multipliée en laboratoire. Des corps caverneux ont été prélevés chez des donneurs et décellularisés (afin d’éviter tout rejet autoimmun), ne conservant que la “coque” de collagène. Par différents processus, les lignées cellulaires de chaque tissus ont progressivement été réassemblées sur chaque “coque” de collagène. Les 12 nouveaux pénis ont ensuite été chirurgicalement repositionnés chez les 12 lapins de l’étude puis leur fonctionnalité évaluée à 1, 3 et 6 mois.

Les pressions mesurées dans les corps caverneux des néopénis étaient comparables à celles mesuré chez des animaux normaux. Des tests utilisant l’oxyde nitique démontraient que les néopénis réagissent normalement à la stimulation. Les analyses démontrent que les vaisseaux se sont bien développés dans les néopénis offrant une structure vasculaire comparable à celle des animaux normaux.

Il fallait cependant vérifier la validité biologique de ces constations. Les lapins avec néopénis ont donc été placés en présence de femelles. Dès un mois après l’opération, il fallait moins d’une minute à chaque lapin pour débuter une copulation. les scientifiques ont contrôlé l’éjaculation intravaginale ; elle était retrouvée dans 83% des copulations.

Cette étude démontre qu’il est dorénavant possible de recréer par bioingénierie des pénis fonctionnels, stimulables, capables de produire une érection et d’assurer une éjaculation intravaginale. Les femelles fécondées ont donné naissance à des bébés lapins en pleine forme.

Des patients qui le nécessitent pourraient donc bénéficier de cette technique dans l’avenir.

Source

Bioengineered corporal tissue for structural and functional restoration of the penis
Kuo-Liang Chen1, Daniel Eberli2, James J. Yoo, and Anthony Atala
PNAS published online before print November 13, 2009,doi:10.1073/pnas.0909367106

Crédit Photographique Creative Commons by wallyg (Hercule, Metropolitain, New York)

Articles sur le même sujet