samedi 3 décembre 2016

Docbuzz

Retrouvez Docbuzz sur Twitter

Docbuzz est aussi sur Facebook

A l’hôpital, être plusieurs par chambre augmente le risque d’infections

Il a déjà été démontré que le risque d’infections nosocomiales dépend du nombre de patients présents dans un hôpital, tout comme des caractéristiques architecturales de ses différents étages. Pourtant ce risque n’a jamais été clairement quantifié.

Les scientifiques (Queens University, Canada), ont compté les infections nosocomiales à staphylocoques dorés résistants à la méticilline, à clostridium difficile, et à entérocoques résistants à la vancomycine, survenus pendant 4 années dans un hôpital canadien. Ils ont évalué le risque, chez les patients qui avaient été infectés par ces germes, lié à la présence d’autres patients dans la même chambre.

Pour chaque patient présent en plus dans une chambre, le risque d’infections à staphylocoques ou à entérocoques augmente de 10%, le risque d’infection à clostridium difficile augmente de 11%. Donc, dans une chambre de 2 personnes, le risque d’être infecté par l’un de ces germes, très difficile à traité, augmente de 20%, de 30% dans une chambre de 3…etc

Cette étude démontre l’importance d’éviter tout contact entre patients dans un service hospitalier et renforce le fait que les patients doivent être absolument dans des chambres individuelles. Les auteurs ont calculé que le coût du traitement de ces infections contractées à l’hôpital est tellement élevé qu’il serait moins cher, lors de la construction d’un nouvel hôpital de ne construire que des chambres individuelles.

Si vous devez être hospitalisé et surtout en chirurgie, exigez une chambre individuelle, il y va peut-être de votre avenir…

Source

Exposure to hospital roommates as a risk factor for health care–associated infection
Meghan Hamel, MSca, Dick Zoutman, Chris O’Callaghan
American Journal of Infection Control published online 21 December 2009.

Queens University Press Release

Crédit photo Creative Commons by Brapke

Articles sur le même sujet