lundi 5 décembre 2016

Docbuzz

Retrouvez Docbuzz sur Twitter

Docbuzz est aussi sur Facebook

Bilan de l’épidémie de grippe A (H1N1) au Japon : une sévérité encore plus faible qu’ailleurs

Alors que le taux de mortalité de la grippe H1N1 est estimé entre 2 et 3 par million de personnes infectées, il est encore 10 fois inférieur au Japon, mesuré à 0,2 par million d’habitants. Au Japon, le réseau sentinelle est constitué de 3000 cliniques pédiatriques et 2000 cliniques pour adultes qui ont répertorié tous les cas de symptômes grippaux depuis le début de la pandémie. Ces réseaux sentinelles ont répertorié 1 272 725 cas et il est estimé que 12,6 millions de personnes ont consulté pour une symptomatologie grippale.

88% des cas sont survenus chez des patients de moins de 20 ans dont 75 % dans la tranche d’âge 5-19 ans. Au 2 décembre 10 500 cas avaient été hospitalisés (tous confirmés H1N1), 45% étaient des enfants de 5-9 ans, et 18,4% de 10-14 ans.  Ces résultats sont très différents des données publiées dans des pays comme l’Angleterre ou les Etats-Unis ou les proportions de ces tranches d’âges sont moindre.

Au total, 85 décès ont été à déplorer dont 33% chez des moins de 20 ans. La mortalité infantile a été largement moindre dans d’autres pays (Australie, Etats-Unis) ayant publié leurs données. Si cette mortalité décrois au fur et à mesure que l’on avance dans les tranches d’âges, cela s’inverse à partir de 30-39 ans, avec une remontée importante chez les plus de 70 ans (23,5% des décès).

Comment expliquer ces données très différentes de celles des autres pays? Les auteurs avancent l’importance du nombre de fermeture d’écoles : entre octobre et décembre, près de 100 000 établissements ont été fermés, ce qui certes n’évite pas le début de la contamination chez les enfants mais qui en limite l’extension, permettant, il est vrai un développement alors plus rapide dans la communauté hors scolaire. Les auteurs avancent également l’hypothèse de l’usage très précoce des antiviraux, tout en reconnaissant que la démonstration de leur efficacité reste faible et que 26% des personnes décédées recevaient ces antiviraux. Toutefois, des décès continuent de survenir, en particulier chez des adultes et un nouveau bilan épidémiologique devra confirmer ces données.

Source

Epidemiological characteristics and low case fatality rate of pandemic (H1N1) 2009 in Japan
Taro Kamigaki, Hitoshi Oshitani
PLOS Current Influenza 21 décembre 2009

Crédit photo Creative Commons by millzero

Articles sur le même sujet