lundi 5 décembre 2016

Docbuzz

Retrouvez Docbuzz sur Twitter

Docbuzz est aussi sur Facebook

Le chardon peut protéger le foie contre la toxicité des chimiothérapies

Le chardon (silybum marianum), est bien connu des herboristes comme protecteur hépatique. On extrait du chardon le silymarin. Il est par exemple utilisé dans le traitement d’une intoxications aiguë suite à la consommation d’amanite phaloïde, toxique pour le foie. Malgré l’absence d’indication, il est également parfois utilisé au cours des chimiothérapies, toujours pour tenter de protéger le foie. Les auteurs ont voulu évaluer scientifiquement cet effet chez des enfants traités pour une leucémie lymphoblastique. En effet, la toxicité du traitement (vincristine + mercaptopurine+ methotrexate + prednisone) est la raison principale de son arrêt et donc du risque de rechute de la leucémie. Il n’y a pas d’autres traitements curatifs possibles à ce jour. il n’y a pas de traitement connu protégeant le foie.

Pendant 28 jours, les enfants, âgés de 7-8 ans, ont reçu, en plus de la chimiothérapie, soit un extrait du chardon, soit du placebo. Chaque capsule contenait 240 mg de chardon, soit 80 mg de silibinine A et B (Thorne Research, Sandpoint ID) dans le but d’obtenir une prise de 5,1 mg/kg/jour, soit un placebo. Des mesures des enzymes hépatiques, ASAT, ALAT, bilirubine, étaient réalisées dans les deux groupes pour suivre l’effet de la chimiothérapie et de la protection potentiellement apportée par les extraits de chardon.

A 28 jours, les bilans hépatiques ne diffèrent pas entre les groupes. Pourtant, à 56 jours, les ASAT sont significativement moins élevées dans le groupe recevant les extraits de chardon. Cela se confirme dans l’analyse intraindividuelles avec une baisse significative des ASAT et une tendance également positive pour les ALAT. Les auteurs ont également évalué les doses de chimiothérapie reçues par les patients sachant qu’elles sont quotidiennement adaptées à la tolérance hépatique. Ils ne retrouvent pas de différence significative entre les deux groupes, 14 du groupe traité et 19 du groupe placebo ayant eu une réduction des doses de chimiothérapie.

Les auteurs supposent que la dose administrée d’extrait de chardon était trop faible (les dosages sanguin ne retrouvait pas de taux de sibilinine détectable). Dans un autre article récent, évaluant les extraits de chardon chez des patients traités pour cancer de la prostate, il avait été donné à la dose de 13 grammes par jour.

Par ailleurs le nombre de patient recrutés était faible. Dans tous les cas, cette étude confirme l’intérêt de poursuivre l’étude d’une telle thérapeutique, qui en plus est bien tolérée, cette fois  probablement avec des doses plus fortes.

Source

A randomized, controlled, double-blind, pilot study of milk thistle for the treatment of hepatotoxicity in childhood acute lymphoblastic leukemia (ALL)
Elena J. Ladas, David J. Kroll, Nicholas H. Oberlies, Bin Cheng, Deborah H. Ndao, Susan R. Rheingold, Kara M. Kelly
Cancer, 2009; DOI: 10.1002/cncr.24723

Crédit Photo Creative Commons by bpmm

Articles sur le même sujet