vendredi 30 septembre 2016

Docbuzz

Retrouvez Docbuzz sur Twitter

Docbuzz est aussi sur Facebook

Réduire sa consommation de tabac, c’est très bon aussi

Pour la première fois cette étude publiée dans une importante revue de cardiologie démontre que si arrêter de fumer c’est bien, réduire sa consommation apporte également un bénéfice important en terme de survie avec une réduction de la mortalité de 18% pour chaque réduction de 5 cigarettes/jour.

Le but de cette étude était de comparer chez des patients ayant eu un infarctus du myocarde, l’influence du tabagisme, en évaluant s’il y avait une différence de survie entre ceux qui n’avaient jamais fumé, ceux qui avaient arrêté avant leur infarctus et ceux qui continuaient à fumer, en tenant compte néanmoins d’une éventuelle réduction du nombre de cigarettes.

On sait déjà, qu’arrêter de fumer après un infarctus améliore la survie des patients. Pourtant ces données ont toujours été mesurées sans suivi précis de la consommation de cigarettes. Ici, seuls des patients jeunes ont été inclus dans l’étude, tous ayant moins de 65 ans. Ils étaient 1521 patients au début de l’étude. Les habitudes tabagiques ont été obtenues à l’inclusion et au moins 4 fois par la suite au cours de visites de contrôle. Au moment de leur infarctus, 27% n’avaient jamais fumé, 20% avaient cessé, et les autres fumaient encore. Après leur infarctus, la majorité des fumeurs a tenté d’arrêter et 35% ont réussi à rester abstinents.

Lors de leur inclusion, les fumeurs étaient en moyenne plus jeune, et avaient proportionnellement moins d’hypertension ou de diabète que les non fumeurs. Le suivi a duré 13,2 années. pendant cette période, 427 patients sont décédés

L’étude confirme comme attendu que l’arrêt du tabac prolonge leur survie. Par rapport aux patients toujours fumeurs après leur infarctus, le risque de mortalité en tenant compte des autres facteurs de risque, est réduit de 43% pour ceux n’ayant jamais fumé, de 50% pour ceux qui ont arrêté avant leur infarctus, et de 37% pour ceux qui ont arrêté après. Mais, la donnée importante de cette étude est surtout que ceux qui ont tenté d’arrêter et ont réduit leur consommation de cigarettes, ont parallèlement réduit leur risque de décès de 18% pour chaque réduction de 5 cigarettes quotidiennes.

L’arrêt du tabac a un effet bénéfique très puissant : l’arrêt du tabac apporte un bénéfice de survie comparable à ce qu’apportent les médicaments prescrits chez les patients à risque de maladie cardiaque tels que les réducteurs de cholestérol (statines), l’aspirine ou les bêta-bloquants.

Source

Smoking Status and Long-Term Survival After First Acute Myocardial Infarction
Yariv Gerber, Laura J. Rosen, Uri Goldbourt, Yael Benyamini, Yaacov Drory
J Am Coll Cardiol, 2009; 54:2382-2387, doi:10.1016/j.jacc.2009.09.020

Crédit Photo Creative Commons by foreversouls

Articles sur le même sujet