mercredi 28 septembre 2016

Docbuzz

Retrouvez Docbuzz sur Twitter

Docbuzz est aussi sur Facebook

Baisse de fertilité chez les coiffeuses

La coiffure est-elle un métier à risque? On estime à 160 000 le nombre de personnes travaillant dans ce secteur en France et 89% des employés sont des femmes. Plusieurs études ont montré que les métiers de la coiffure sont plus exposés à des maladies de peau telle que la dermatite, à certains cancers et à des problèmes respiratoires. Les coiffeuses sont quotidiennement exposées à des produits tels que les paraphénylenediamines (utilisé dans les colorations) ou le toluène, qui peuvent altérer la fécondité. Cette étude confirme que 10% des coiffeuses présentent des troubles des cycles menstruels, ce qui est un chiffre bien plus élevé que chez les femmes n’exerçant pas cette profession. Elle retrouve également une baisse de fécondité chez les coiffeuses.

Les produits chimiques suspectés peuvent soit pénétrer à travers la peau soit par la respiration de leurs émanations gazeuses. La situation prolongée debout et le stress peuvent également être associés à une baisse de la fécondité. L’étude a été menée dans 211 salons de coiffure d’Alicante (Espagne). 310 coiffeuses ont accepté de participer à l’étude. Un groupe contrôle de 310 femmes travaillant dans le secteur de la télécommunication et à l’université d’Alicante a été constitué afin de pouvoir établir la comparaison.

En comparaison avec les autres femmes, les coiffeuses étaient plus jeunes, 30 ans contre 34 ans, et fumaient plus, 54% contre 34%. Elles travaillaient également plus, 43 heures contre 37 heures par semaines.

Des troubles des règles sont retrouvés chez 10% des coiffeuses contre seulement 3,7% des femmes de l’autre groupe. Ces risque est surtout retrouvé chez le jeunes coiffeuses de moins de 10 ans d’ancienneté. Le risque de baisse de la fertilité est lui multiplié par 2,17. Ce risque augmente encore chez les coiffeuses ayant plus de 10 ans d’ancienneté (risque multiplié par 3,27).

Ces résultats confirment des données précédentes. Il est dorénavant important d’identifier clairement les produits qui causent cette baisse de fécondité car jusqu’à 12 produits chimiques différents utilisés dans les salons de coiffures peuvent être incriminés. Des mesures préventives et une surveillance particulière devraient être instituées concluent les auteurs.

Source

Menstrual disorders and subfertility in spanish hairdressers
Elena Ronda, Ana Maria García, José Sánchez-Paya, Bente E. Moen
European Journal of Obstetrics & Gynecology and Reproductive Biology147 (2009) 61-64

Crédit Photo Creative Commons by pj_in_oz

Articles sur le même sujet