lundi 5 décembre 2016

Docbuzz

Retrouvez Docbuzz sur Twitter

Docbuzz est aussi sur Facebook

Le traitement contre l’herpès est inefficace à prévenir la contamination par le HIV

La plupart des personnes infectées par virus du sida, le HIV, ont aussi une infections par le virus de l’herpès, le HSV. Chez ces patients, la prise d’un traitement contre l’herpès réduit à la fois les récidives herpétiques génitales et les taux de virus HIV et HSV dans leur sang. Des scientifiques ont donc supposé que ce traitement pourrait réduire le risque de contamination de leur partenaire sexuel par le HIV. Ils ont suivi pendant 2 ans des couples contaminés par le HSV mais dont seulement un des conjoints était contaminé par le HIV. Celui qui était contaminé recevait une traitement contre le virus de l’herpès. Ce traitement n’a finalement pas montré qu’il était capable de protéger le conjoint non contaminé au début de l’étude, d’une infection par le HIV. Récit d’une étude publiée dans le prestigieuse revue américaine, The New England Journal of Medecine.
Cette étude a été rendue possible grâce aux dons de la Bill and Melinda Gates Foundation.

3408 couples hétérosexuels, dont les deux partenaires étaient contaminés par le virus de l’herpès (HSV-2 ) mais dont un seul était contaminé par le HIV (HIV-1 ou HIV-2) ont été recrutés. Ces couples continuaient à avoir des rapports sexuels et pour être inclus, devaient avoir eu au moins 3 rapports sexuels dans les 3 derniers mois. Le conjoint atteint par le HIV devait ne pas recevoir de traitement anti-HIV pour être inclus. Les patients HIV positifs recevaient un générique de l’acyclovir (laboratoire Ranbaxy) à prendre tous les jours, ou un placebo. Le but principal de l’étude était de voir si les partenaires de ceux prenant le traitement, étaient moins fréquemment contaminés par le HIV que les partenaires de ceux prenant le placebo.

Des visites trimestrielles étaient instituées. Des prélèvements sanguins étaient réalisés pour rechercher une contamination par le HIV chez les sujets non contaminés au début de l’étude. Les femmes contaminées par le HIV et ayant une grossesse étaient adressées à une clinique spécialisée en vue de la mise en route d’un traitement pouvant éviter la contamination du foetus par le HIV. Tous les patients HIV positifs qui répondaient aux critères de mise en route d’un traitement anti-HIV étaient également dirigés vers des cliniques spécialisées. Pour les autres, un bilan des pratiques sexuelles à risque ayant eu lieu au cours des mois précédents était réalisé.

Une contamination par le HIV a eu lieu chez 132 patients initialement sains. Dans 29% des cas, l’analyse du virus HIV (analyse génétique) a montré que la contamination était liée à un virus différent de celui contaminant son/sa partenaire habituel(le) et provenait donc d’une autre personne. la contamination homme-à-femme était plus fréquente que la contamination femme-à-homme (risque augmenté de 33%).

7% ont déclaré avoir des rapports sexuels non protégés. 15% ont déclaré avoir eu des rapports sexuels avec un partenaire autre que leur partenaire habituel. Bien que les patients prenant le traitement anti-herpétique aient une diminution du taux de virus HIV au niveau sanguin, il y a eu autant de contaminations par le HIV dans les deux groupes : 67 dans le groupe traité et 64 dans le groupe recevant un placebo. Le traitement contre l’herpès ne protège dont aucunement d’une infection par le virus du sida.

Le taux de contamination retrouvé dans l’étude est, selon les auteurs, inférieur au taux retrouvé dans les études épidémiologiques au sein de couples sérodiscordants, probablement ajoutent-ils, grâce aux conseils fournis sur la manière de réduire ce risque, aux préservatifs fournis gratuitement et à d’autres services. Il y a eu 77 morts durant la durée de l’étude, dont aucun ne peut être imputé au traitement selon les auteurs.

Source

Acyclovir and Transmission of HIV-1 from Persons Infected with HIV-1 and HSV-2
C. Celum, A. Wald, J.R. Lingappa, A.S. Magaret, R.S. Wang, N. Mugo, A. Mujugira, J.M. Baeten, J.I. Mullins, J.P. Hughes, E.A. Bukusi, C.R. Cohen, E. Katabira, A. Ronald, J. Kiarie, C. Farquhar, G.J. Stewart, J. Makhema, M. Essex, E. Were, K.H. Fife, G. de Bruyn, G.E. Gray, J.A. McIntyre, R. Manongi, S. Kapiga, D. Coetzee, S. Allen, M. Inambao, K. Kayitenkore, E. Karita, W. Kanweka, S. Delany, H. Rees, B. Vwalika, W. Stevens, M.S. Campbell, K.K. Thomas, R.W. Coombs, R. Morrow, W.L.H. Whittington, M.J. McElrath, L. Barnes, R. Ridzon, L. Corey, for the Partners in Prevention HSV/HIV Transmission Study Team
New England Journal of Medicine, january 20, 2010, on line

Crédit Photo Creative Commons by  Funky64

Articles sur le même sujet