mercredi 28 septembre 2016

Docbuzz

Retrouvez Docbuzz sur Twitter

Docbuzz est aussi sur Facebook

Le responsabilité de la pollution automobile sur le déclenchement d’un asthme commence in utero

Il est de plus en plus reconnu qu’une exposition précoce à des pollutions extérieures joue un rôle dans l’apparition d’un asthme. Mais il n’est pas encore clair si cette pollution augmente la fréquence de la pathologie asthmatique, c’est à dire est-ce qu’un enfant qui ne serait jamais devenu asthmatique en vivant dans des zones faiblement polluées, le deviendrait en vivant à proximité d’une route à fort débit?  Le but de cette étude a été d’évaluer le rôle de l’exposition à un air ambiant pollué sur le risque de la survenue d’un asthme, chez des enfants in utero puis pendant leur première année de leur vie,

Les futures mamans ont été recrutées en Colombie britannique dans les villes de Vancouver et de Victoria. Elles habitaient dans ces villes lors de la conception et au moins pendant la première année de vie de leur enfant. Les enfants ayant un poids < 2500 g à la naissance ou étant nés avant 37 semaines de gestation et les grossesses multiples ont été exclues de l’étude car se sont des facteurs de risque de développement d’une pathologie chronique respiratoire et cela aurait pu biaiser les résultats.

Le diagnostic d’asthme était reconnu lorsque confirmé par au moins deux médecins généralistes à 12 mois d’intervalle  ou par une admission hospitalière.

L’exposition à la pollution ambiante a été évaluée pour chaque enfant en fonction de son lieu de résidence.Les mesures de l’air étaient réalisées sur 24 heures et basées sur 24 séquences de détections d’ozone (O3), 22 de monoxyde d’azote (NO) et de dioxyde d’azote (NO2), 14 de dioxyde de souffre (SO2), 11 de monoxyde de carbone (CO) ainsi que par 11 séquences de recherches de particules dans l’air de taille PM10 et 7 pour la recherche de particules PM 2,5. Ces mesures ont permis de construire une carte des expositions où étaient géo-positionnées les résidences des enfants. Une carte de la pollution automobile par le monoxyde d’azote, le dioxyde d’azote, le carbone noir et les particules PM 2,5 a également pu être dressée. Les habitations situées à 50 ou 150 mètres d’une route à fort trafic automobile ou de zones industrielles polluantes, étaient signalées.37 401 enfants ont été inclus dans l’étude.

Résultats :

3 482 enfants soit presque 9,3% ont déclenché un asthme dans leur première année de vie. Les mamans des enfants asthmatiques étaient en moyenne plus jeunes, plus pauvres, et avaient moins souvent allaité leur enfant. Les enfants devenus asthmatiques ont subi une exposition plus importante au monoxyde d’azote (NO), au dioxyde d’azote (NO2), au monoxyde de carbone (CO), aux particules PM10 et au carbone noir, que les enfants non asthmatiques. Ils vivaient plus fréquemment aux abords de routes à fort trafic.

Les polluants tels que le NO, le NO2, le CO, les particules PM10, et  le SO2 sont corrélés à une forte augmentation du risque d’asthme à la fois pour une exposition au cours de la grossesse et au cours de la première année. Le fait d’habiter à proximité d’une zone industrielle polluante augmente le risque d’asthme chez l’enfant de 1011%. Le carbone noir augmente le risque d’asthme de 14%. Bien que les filles semblent développer moins souvent un asthme (36% des cas dans l’étude), elles sont beaucoup plus sensibles à la pollution et donc, pour une pollution égale subie par des garçons, seront plus à risque d’asthme.

Les polluants automobiles, le NO, le NO2, le CO, et le carbone noir sont associés au plus fort risque d’asthme. Cette étude apporte donc la preuve que non seulement la pollution et en particulier la pollution automobile est un facteur de risque important de la survenue d’un asthme mais aussi qu’elle augmente la fréquence des cas de pathologies asthmatiques. Actuellement la fréquence de l’asthme augmente de 50% tous les 10 ans.

Les autres effets connus de la pollution sur le développement du foetus sont le faible poids de naissance, la petite taille par rapport à l’âge de gestation, la prématurité et la mortalité intra-utérine.

Source

Effect of Early Life Exposure to Air Pollution on Development 
of Childhood Asthma
Nina Annika Clark, Paul A. Demers, Catherine J. Karr, Mieke Koehoorn, Cornel Lencar, Lillian Tamburic, Michael Brauer
Environ Health Perspect 118(2): doi:10.1289/ehp.0900916

Statistiques de l’asthme au Canada

Statistiques de l’asthme en France (INVS)

Crédit Photo Creative Commons by zcopley

Articles sur le même sujet