samedi 3 décembre 2016

Docbuzz

Retrouvez Docbuzz sur Twitter

Docbuzz est aussi sur Facebook

Un rapport taille/hanche idéal chez la femme, stimule le cerveau de l’homme

Chez l’homme, un visage symétrique et “mâle”, une morphologie corporelle harmonieuse (rapport épaule/hanche) sont reconnus comme attractifs par les femmes, surtout pendant leur phase de fertilité. Récemment, une étude a mis en évidence qu’un visage masculin, reconnu comme attractif, activait une zone particulière du cerveau féminin et que cette activation était modulée en partie par les hormones féminines. Cette découverte conforte l’hypothèse que le visage et la morphologie corporelle de l’homme, sont utilisés par la femme comme un signal biologique de sa qualité génétique.

Les femmes aux cours des années accumulent un stock adipeux. Après la ménopause, l’oestrogène inhibe le stockage de tissu adipeux au niveau abdominal et favorise sa localisation au niveau des hanches. Le rapport taille/hanche est ainsi réduit. Le rapport taille/hanche est positivement corrélé à la fécondité, à la présence des hormones de la reproduction (oestradiol et progestérone), à la capacité de conception, et est inversement corrélé à la survenue de cancers, de dépression, et de maladies cardiovasculaires. Il peut donc être supposé que le rapport taille/hanche représente une caractéristique sexuelle secondaire pouvant influencer l’attractivité ressentie par un homme pour une femme, y compris de manière subconsciente. Cette étude a cherché à vérifier cette hypothèse.

14 hommes ont été recrutés pour l’étude. Les stimuli étaient une série de 14 photographies différentes de femmes nues prises de face et de biais, que les hommes voyaient pendant 1 seconde. Chaque image a été présentée 15 fois. Les participants notaient de 1 à 5 l’attractivité ressentie pour chaque photo présentée. Aux mêmes instants, des scanners cérébraux étaient réalisés afin d’évaluer l’effet des image sur le cerveau des hommes. Cela permettait de visualiser quelles zones cérébrales étaient ou non stimulées.

Les images cérébrales enregistrées avant/après l’expérience ont montré une activation de trois différentes zones cérébrales, le cortex fronto-orbital droit, le cortex occipito-latéral, et le gyrus cingulaire antérieur.

Lorsque les valeurs du rapport taille/hanche de chaque femme, ainsi que leur indice de masse corporel (IMC) ont été corrélés aux activations cérébrales, les scientifiques ont découvert que si les modifications de l’IMC ne stimulent qu’une partie cérébrale liée à la vision, en revanche les variations du rapport taille/hanche active le gyrus cingulaire.

Cela signifie que les variations de l’IMC ne sont enregistrées que visuellement et n’entrent pas dans le processus de l’évaluation esthétique.

En revanche le rapport rapport taille/hanche stimule la zone cérébrale impliquée dans le processus de recherche de partenaire, dans l’évaluation sociale et la prise de décision. La zone activée est également celle impliquée dans la recherche de drogues et d’alcool. Ainsi, la configuration corporelle de la femme représente donc un stimulus activant les zones impliquées dans la recherche et les comportements adictifs.

Cette découverte peut permettre d’expliquer le score presque constant chez les occidentaux d’un rapport taille/hanche idéal à 0,7. Marilyn Monroe et Sophia Loren ou encore la Venus de Milo avaient un rapport taille/hanche de 0,7. En revanche, les chinois sont stimulés par un rapport taille/hanche idéal de 0,6 et en Afrique, on s’approche plus de 0,8 ou 0,9.

Si l’Indice de Masse Corporel n’est pas reconnu de la même manière, c’est probablement parce que l’évaluation cérébrale de l’IMC n’est pas le produit d’un processus psychologique évolué mais plutôt le reflet d’une conformité à des normes sociales.

IMC= Indice de masse Corporelle (en anglais on parle de BMI-=Body Mass Index)

Source

Optimal Waist-to-Hip Ratios in Women Activate Neural Reward Centers in Men
Steven M. Platek, Devendra Singh
PLOS One, on line 5 february 2010

Photo : la vénus au miroir, Rubens, 1615

Articles sur le même sujet