mardi 6 décembre 2016

Docbuzz

Retrouvez Docbuzz sur Twitter

Docbuzz est aussi sur Facebook

Vivre à proximité d’une usine pétrochimique augmente le risque de maladie de la thyroïde

En 2002, un endocrinologue alerta les autorités sanitaires brésiliennes de la survenue d’un nombre anormal de thyroïdites d’Hashimoto chez des hommes jeunes, habitant à proximité d’un complexe pétrochimique des environs de Sao Paolo au Brésil. L’usine produit du polyéthylène et du polypropylène ainsi que plusieurs autres substances chimiques. La thyroïdite de Haschimoto est une maladie autoimmune, le système immunitaire produisant des anticorps qui attaquent et détruisent la thyroïde créant une hypothyroïdie. Le ministère de la santé brésilien a donc mis en place une étude afin de vérifier si effectivement la fréquence de la maladie était plust élevé à proximité du complexe pétrochimique.

Pour l’étude, deux groupes de patients ont été sélectionnés, l’un vivant à proximité du complexe pétrochimique et l’autre vivant en dehors de toute zone de pollution comparable. Les scientifiques ont tenu compte des lieux de résidence au cours des dix précédentes années. 1553 hommes et femmes de plus de 20 ans ont été recrutés au total, dont 1090 ont été conservés pour l’analyse finale. Chez chacun ont été recherchés les signes d’une maladie de la thyroïde par un interrogatoire, un examen clinique et une échographie de la thyroïde. Des dosages d’anticorps caractéristiques de la thyroïdite de Hashimoto ont été réalisés.

Une thyroïdite de Hashimoto a été diagnostiquée chez 6,5% des patients, 1,8% des hommes et 11,3% étaient des femmes. La fréquence de la maladie était beaucoup plus élevée à proximité de l’usine pétrochimique : 9,3% des participant étaient atteints contre seulement 3, 9% chez ceux habitants à un autre endroit. De même la présence d’anticorps dirigés contre la thyroïde a été retrouvée chez 17,6% des personnes habitant à proximité du complexe pétrochimique contre 10,3% pour l’autre groupe. L’existence d’anticorps sans signes cliniques est très fortement associé à la survenue d’une hypothyroïdie dans les années qui suivront.

Selon les auteurs, il existe encore peu de données scientifiques publiées reliant les composés chimiques fabriqués par les usines pétrochimiques et les maladies autoimmunes. Cependant, certains peuvent induire une autoimmunité, favoriser la destruction (apoptose) des cellules immunitaires, ou déprimer la fonction immunitaire. Les auteurs recommendent donc que d’autres études soient menées au sein de populations habitant à proximité d’autres usines pétrochimiques afin de confirmer formellement le risque.

Source

Can living in the surrounding of a petrochemical complex be a risk factor for autoimmune thyroid disease
Clarice Umbelino de Freitas, Rosária A. Grimaldi Campos, Mirta Alcira F. Rodrigues Silva, Maria Rosana I. Panachão, Jose Cássio de Moraes, William Waissmann, Antônio Roberto Chacra, Marina Y.S. Maeda, Regina S. Minazzi Rodrigues, James Gonçalves Belchor, Sonia Oliveira Barbosa and Raimunda Telma M. Santos
Environmental Research Volume 110, Issue 1, January 2010, Pages 112-117

Crédit Photo Creative Commons by Erwin Kodiat

Articles sur le même sujet