jeudi 29 septembre 2016

Docbuzz

Retrouvez Docbuzz sur Twitter

Docbuzz est aussi sur Facebook

L’aspirine améliore la survie chez les patientes traitées pour un cancer du sein

Une étude publiée dans the Journal of Oncology, montre que l’aspirine permet d’allonger la survie de patientes traitées pour un cancer du sein, alors que ce traitement n’est pourtant pas recommandé. Les femmes ayant participé à cette étude prenaient de l’aspirine en prévention d’infarctus ou d’accident vasculaire cérébral.

Au cours d’études menées chez l’animal, l’aspirine inhibait les cancers mammaires. C’est cette action du médicament qui a suggéré aux chercheurs d’évaluer son intérêt au cours de l’évolution de cancers du sein en comparant des patientes ayant pris de l’aspirine et celles n’en ayant jamais pris. L’étude a utilisées des données receuillies de 1986 à 2006. Parmi les 4161 participantes ayant pris de l’aspirine après leur diagnostic de cancer, il y a eut 341 décès lié au cancer, 400 récidives, et 732 décès liés à d’autres causes. L’autres groupe était constitué de 2 910 femmes n’ayant jamais pris d’aspirine.

En comparaison à celles n’en ayant jamais pris, celles prenant de l’aspirine avait globalement une réduction de la mortalité liée au cancer du sein de 50%. La quantité d’aspirine absorbée fait varier les résultats avec par exemple une réduction de 71% pour celles qui en prenaient 2 à 5 fois par semaine et de 64% pour celles qui en prenaient 6 à 7 fois par semaine, alors que le résultat n’est pas positif pour une seule prise hebdomadaire. L’aspirine réduit également les récidives de cancer du sein de 60% pour celles qui en prenait 2 à 5 fois par semaine et de 43% pour celles qui en prenaient 6 à 7 fois par semaine.

C’est peut-être par son rôle dans la réduction de l’inflammation que l’aspirine réduit ce risque de mortalité et de récidive cancéreuse. Cette étude a cependant une limitation selon ses auteurs : en effet la prise d’aspirine n’était objectivée que par un questionnaire et la réalité de la prise, comme la dose réelle absorbée, ne sont pas bien connues. Les médecins de l’étude ne recommandent pas la prise d’aspirine au cours du traitement par radiothérapie ou chimiothérapie et rappellent les risques de saignement gastrique. Toute prise d’aspirine doit évidemment se faire sous contrôle médical.

Source

Aspirin Intake and Survival After Breast Cancer
Michelle D. Holmes, Wendy Y. Chen, Lisa Li, Ellen Hertzmark, Donna Spiegelman, Susan E. Hankinson
JOURNAL OF CLINICAL ONCOLOGY Published Ahead of Print on February 16, 2010 as 10.1200/JCO.2009.22.7918

Crédit Photo Creative Commons by AuggieWren (the rat race is over)

Articles sur le même sujet