Fin de la campagne lancée par l’association « Droits des Non fumeurs »

Docbuzz vous avait parlé de cette campagne il y a quelques jours (article Docbuzz). La « morale » des politiques et de certaines associations ont donc réussi à faire interdire cette campagne, lancée en pleine élections régionales, visant à prévenir le tabagisme chez les plus jeunes.

Ceux qui étaient contre :

– l’association Familles de France avait annoncé qu’elle déposait une plainte devant le Jury de déontologie publicitaire contre cette campagne de l’association « Droits des non fumeurs » (DNF), parce qu’elle la juge « ambiguë » et « déplacée »,

– l’Autorité de régulation professionnelle de la publicité (Arpp) avait jugé que les  images « enfreignent le Code de déontologie de la profession, notamment en termes de respect de la personne humaine »,

– Nadine Morano avait jugé la campagne « profondément choquante »  et réclamé son interdiction,

Le front national avait parlé de « l’immonde campagne anti-tabac », de « campagne abjecte » et de « publicitaires tordus et pervers »

….et d’autres bonnes âmes…

Le film réalisé par Yvan Atal reste autorisé. Aucun homme ou femme politique ni aucune association n’a jugé le fond de cette campagne ni proposé de la remplacer par une autre, devant l’urgence de limiter le tabagisme des jeunes en France. Les remous s’en ressentent jusqu’au Quebec. Voyons si ce qui fait polémique là-bas le ferait chez nous avec cette campagne de publicité du ministère de la santé du Quebec pour prévenir les maladies sexuellement transmissibles, utilisant la photo d’une fille ou d’un garçon culotte baissée, pour rappeller que 9 personnes sur 10 qui ont l’herpès, 9 personnes sur 10 qui ont le VPH (virus du papillome humain), 3 personnes sur 4 qui ont la chlamydia, 1 personne sur 5 qui a le VIH ou le virus de l’hépatite C… ignorent qu’elles sont infectées, parce qu’elles ne présentent pas de symptômes caractéristiques.

Sources

Ministère de la santé du Québec

Site de la campagne « T’as juste 1 vie »

Photo fille

Photo garçon

3 thoughts on “Fin de la campagne lancée par l’association « Droits des Non fumeurs »

  1. La fatwa lancée par les ayatollahs de l’ARPP contre ces inoffensives cartes postales suggère que cet organisme est inféodé aux industriels de la clope. Cette fatwa est une véritable censure et une grave atteinte à la liberté d’expression. Ils sont bien naïfs ceux qui croient que l’association antitabac DNF a été l’objet des attaques concertées de bien pensants patentés pour avoir distribué, à des adultes dans des boîtes de nuits, quelques centaines de cartes postales représentant le thème de la la soumission sexuelle – tous les ados de France sont quotidiennement bombardés d’images bien plus osées et de bien moins bon goût dans les quotidiens gratuits dont ils sont friands. Que l’on ne s’y trompe pas: les censeurs attitrés sont montés au créneau parce que, en distribuant ces images, DNF risquait tout simplement d’ouvrir les yeux des jeunes sur la vraie nature des industriels de la clope, ces prédateurs nicopédophiles. Et là, ils ont franchi la ligne rouge…

  2. PatrickD >
    Votre mission éthique de purification des règles de conduite des industriels de la pub vous honore. Il y a un hic : il s’agit de buzz, d’une campagne « fantôme » comme le rapportent Le Monde ou France Info notamment.

    L’objectif était de gagner en réputation par la provocation, et nullement de faire passer un message sanitaire ou moral : ce fut réussi.

    D’ailleurs comme cela a été relevé, si Nadine Morano ministre de l’enfance et Marine Le Pen démocrate bien connue ont pris soin de condamner cette opération, c’est surement parce qu’elles sont de mèche avec l’industrie ‘nicopédophile’ comme vous dites.

    Tout ce qui est excessif est insignifiant Monsieur…
    Et ce qui est obsessionnel est pathologique : consultez svp !

  3. @Randall
    A propos de votre dernière remarque, vous lirez avec intérêt la citation suivante:
    « Lorsque l’on se rend compte que l’adversaire nous est supérieur et nous ôte toute raison, il faut alors devenir personnel, insultant, malpoli. Cela consiste à passer du sujet de la dispute (que l’on a perdue), au débateur lui-même en attaquant sa personne (…) En devenant personnel, on abandonne le sujet lui-même pour attaquer la personne elle-même : on devient insultant, malveillant, injurieux, vulgaire. »
    Arthur Schopenhauer
    L’Art d’avoir toujours raisons
    Ultime stratagème

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *