samedi 3 décembre 2016

Docbuzz

Retrouvez Docbuzz sur Twitter

Docbuzz est aussi sur Facebook

Les isoflavones (soja) n’aident pas à réduire la prise de poids à la ménopause

Des études menées chez l’animal et des petites études menées chez l’homme laissaient supposer que le soja permettait d’améliorer la masse musculaire et réduisait la masse grasse. Une étude menée chez des femmes ménopausée par une équipe médicale de L’université de L’Iowa et publiée dans le journal Menopause vient démontrer le contraire.

Ce sont les isoflavones contenues dans le soja qui en apportent les effets bénéfiques divers, retrouvés dans plusieurs études de prévention. Les isoflavones peuvent agir comme de l’oestrogène mais avec un effet plus limité, pouvant pense t-on, néanmoins influer sur les hormones de l’appétit. Cette étude à été réalisée pour vérifier ces hypothèses.

Cette étude a été menée chez 229 femmes en bonne santé, âgées de 46 à 65 ans, qui ont pris soit 80 à 120 mg par jour d’isoflavones soit un placebo, pendant 1 an. Les médecins évaluaient l’effet des isoflavones en suivant la masse maigre (muscles), la masse grasse totale, la masse grasse abdominale (au niveau du ventre), la masse grasse gynoïde (sur les hanches) et le rapport masse grasse abdominale/masse grasse gynoïde ainsi que les taux des hormones de l’appétit (insuline, leptine, ghreline, adiponectine).

Les isoflavones n’ont eu aucun effet significatif sur le poids ou sur les hormones de l’appétit en comparaison à un placebo. Le seul facteur retrouvé qui influençait l’augmentation de la masse grasse chez ces femmes était la consommation de graisses. L’étude confirme également que plus les femmes de l’étude étaient éloignées de la date de leur dernières règles au moment de l’inclusion, plus la masse grasse était chez elles importante.

Les isoflavones ne permettent donc pas de contrôler la prise de masse grasse lors de la ménopause. Il est néanmoins possible que d’autres composés présent dans le soja et non pris par les participantes (qui prenaient des comprimés d’isoflavone), puissent jouer un rôle

Source

Appetitive hormones, but not isoflavone tablets, influence overall and central adiposity in healthy postmenopausal women
Matvienko Oksana; Alekel, D.Genschel Ulrike ; Ritland Laura; Van Loan, Marta D.; Koehler, Kenneth J
Menopause on line 5 February 2010

Crédit Photo Creative Commons by Gary Soup

Articles sur le même sujet