samedi 3 décembre 2016

Docbuzz

Retrouvez Docbuzz sur Twitter

Docbuzz est aussi sur Facebook

Le poisson (oméga-3) échoue à réduire les troubles du rythme cardiaque

Il était de bon ton de croire,  suite à plusieurs petites études, que l’huile de poisson pouvait prévenir les troubles du rythme cardiaque. Les résultats n’avaient cependant jamais été très concluants. Une équipe de médecins de Dallas (Texas, Etats-Unis)  a donc mené une étude destinée à évaluer le lien entre consommation de poissons et fibrillation auriculaire, un trouble du rythme des plus communs.

44 720 femmes ménopausées, âgées de 50 à 79 ans, ont été inclues dans l’étude. Aucune n’avait de trouble du rythme cardiaque au début de l’essai. Les habitudes alimentaires de poisson non frit et de consommation d’oméga-3 ont été estimées par un questionnaire. Elles consommaient du poisson de 1 à 5 fois par semaine. La survenue d’une fibrillation auriculaire était objectivée à 3 ans et 6 ans.

378 femmes ont déclenché une fibrillation auriculaire pendant les 6 années du suivi. La consommation de poisson même chez celles qui en ont mangé le plus, n’a apporté aucune protection au coeur.

Ainsi, le mythe des acides gras oméga-3 ou du poisson protecteur des troubles du rythme est tombé.

Source

Dietary Fish Intake and Incident Atrial Fibrillation (from the Women’s Health Initiative)
Jarett D. Berry, Ronald J. Prineas, Linda van Horn, Rod Passman, Joseph Larson, Jeffrey Goldberger,  Linda Snetselaar, Lesley Tinker, Kiang Liu, Donald M. Lloyd-Jones
American Journal of Cardiology, online February 8, 2010

Crédit Photo Creative Commons by foodiesathome.com

Articles sur le même sujet