dimanche 4 décembre 2016

Docbuzz

Retrouvez Docbuzz sur Twitter

Docbuzz est aussi sur Facebook

Les enfants d’Irak victimes collatérales des armes américaines?

Une étude menée conjointement par les ministères Irakiens de la santé, de l’environnement et des sciences, montre que 40 sites à travers le pays sont hautement contaminés par des radiations et de la dioxine. 25% des sites contaminés sont dans ou proches des grandes villes telles que Najf, Bassorah, ou Fallouja, où sont disséminés des particules de métaux irradiés, résidus de munitions en uranium appauvris utilisées pendant le dernier conflit Irakien, qui a vu la chute de Saddam Hussein. C’est dans ces villes que, depuis 5 ans, les médecins notent une forte recrudescence des cancers et des anomalies des enfants à la naissance.

le Guardian, journal édité en Angleterre, était un des rares médias occidentaux à témoigner dès novembre 2009 des ravages provoqués sur les enfants de Falloujia : “Nous voyons une augmentation très importante des anomalies du système nerveuux central” témoignait alors le Dr Ayman, directeur de l’hôpital de Falloujia “Avant 2003, (au début de la guerre) je voyais de manières sporadique des difformités chez les nouveaux-né. Maintenant le nombre des difformités a cru de manière dramatique” (multiplication par 15 en 1 an).

C’est pourquoi cette publication de l’American Journal of Public Health, écrite par une équipe de scientifiques de Washington en collaboration avec des scientifiques Irakiens, arrive dans un contexte chargé. Leur objectif est bien que la réalité qu’ils tentent de décrire permette de lancer des études et des investigations complémentaires. Ils ont analysés les registres de l’hôpital Ibn Ghazwan afin dévaluer les cas de leucémie de 1993 à 2007.  Tous les cas de leucémies survenues chez les enfants de 0 à 14 ans pour toutes les années depuis 15 ans ont été documentées.

Au total, 698 cas de leucémies ont été répertoriés dans cet hôpital. Le nombre de leucémies par an est passé de 15 la première année (année de la première guerre d’Irak) à 56 cas la dernière année, en touchant un pic de 97 cas en 2006. Ce taux très élevé de leucémies, atteignant 8,5 enfants/100 000 et ayant été multiplié par 4 en 15 ans, n’est atteint dans aucun pays, que ce soit le Koweit tout proche, Oman, les Etats-Unis ou d’autres pays de l’Union Européenne, qui ont eux un taux de leucémies variant de 2 à 5/100 000. Bien sûr, cette étude ne peut pas identifier les causes exactes de l’augmentation des leucémies, même si les coupables pointés du doigt sont par exemple les munitions enrichies en uranium et les agents toxiques nerveux utilisées par l’armée américaine ou les dégagements toxiques des fumées des puits de pétroles en feu durant le conflit armé. C’est pourquoi, une nouvelle étude vient d’être lancée afin de les désigner clairement.

Source

Trends in Childhood Leukemia in Basrah, Iraq, 1993–2007
Amy Hagopian, Riyadh Lafta, Jenan Hassan, Scott Davis, Dana Mirick, Tim Takaro
American Journal of Public Health, published online ahead of print Feb 18, 2010

The Guardian : Huge rise in birth defects in Falluja. Friday 13 November 2009 19.24 GMT

The Guardian : Iraq littered with high levels of nuclear and dioxin contamination, study finds.Friday 22 January 2010 17.45 GMT

Crédit Photo Creative Commons by GIORGIO 1972

Articles sur le même sujet