dimanche 4 décembre 2016

Docbuzz

Retrouvez Docbuzz sur Twitter

Docbuzz est aussi sur Facebook

Mort subite du nourrisson : 96% des décès sont liés à des risques modifiables

Malgré les conseils apportés pour éviter la mort subite du nourrisson, elle reste une des causes les plus fréquentes de décès à cette âge. Une étude publiée dans la revue Pediatrics retrouve que 96% des nourrissons décédés de mort subite avaient des facteurs de risque.

Les médecins ont réévalué 244 cas de mort subite du nourrisson survenus au New Jersey entre 1996 et 2000 afin d’évaluer l’existence de facteurs de risquemodifiables ayant pu favoriser le décès de l’enfant : tabagisme du père ou de la mère, absence de sommeil sur le dos ou enfant retrouvé dans une position non dorsale, présence de plusieurs enfants dans le même lit. Ils ont également recherché les autres facteurs de risques tels qu’une infection des voies respiratoires ou une prématurité.

Dans 70,4% des décès (159/226), l’enfant ne s’endormait pas couché sur le dos. 13 enfants ont été également retrouvés en position non dorsale. Ainsi, une mauvaise position de l’enfant est imputable dans 76,1% des décès. Chez 87% d’entre eux, d’autres facteurs de risque s’ajoutaient : un tabagisme maternel a également été retrouvés dans 42,6% des cas (92/216).

Au moins un facteur de risque modifiable a été retrouvé chez 96% des enfants décédés, et 78% avaient de 2 à 7 facteurs de risque. Parmi les 9 enfants chez qui les scientifiques n’ont pas retrouvé de facteur de risque, les données étaient en fait manquantes chez 7 d’entre eux concernant 2 à 5 facteurs de risque. Ainsi, les scientifiques ne retrouvent que 2 enfants (0,8%) qui n’avaient aucun facteur de risque clairement identifié. Si on retire les facteurs de risque non modifiables de l’analyse, les enfants sans facteurs de risque ne représentaient que 5,8% du total des cas analysés.

Cette étude démontre que la mort subite du nourrisson sans aucun facteur de risque est très rare. L’éducation des parents et la mise en place de stratégies effiaces telles que faire dormir les enfants sur le dos ou l’élimination de l’ensemble des facteurs de risques modifiables pourrait faire chuter de manière très importante le nombre de mort subite du nourrisson

Source

Concurrent Risks in Sudden Infant Death Syndrome
Barbara M. Ostfeld, Linda Esposito, Harold Perl, Thomas Hegyi
Pediatrics, 2010; DOI: 10.1542/peds.2009-0038

Crédit Photo Creative Commons by eyeliam

Articles sur le même sujet