lundi 26 septembre 2016

Docbuzz

Retrouvez Docbuzz sur Twitter

Docbuzz est aussi sur Facebook

La cataracte, un nouvel effet négatif de l’hormonothérapie substitutive

Une étude suédoise publiée dans la revue américaine Ophtalmology, montre que les femmes qui ont reçu un traitement hormonal substitutif après leur ménopause, ont plus de chirurgie d’extraction de la cataracte que celles n’en ayant jamais reçu.

L’hormonothérapie substitutive, c’est à dire donner de l’oestrogène et de la progestérone aux femmes au moment de la ménopause pour en limiter les effets, a été mis en cause dans une augmentation du risque de cancer du sein. Sa diffusion a donc été considérablement réduite par la suite. Des études menées aux Etats-Unis, en Australie et en Europe ne retrouvaient qu’un lien contrasté entre hormonothérapie substitutive et cataracte, sans conclusion possible.

Les scientifiques suédois ont donc utilisé les données de participantes à une grande étude suédoise, la Swedish Mammography Cohort, qui avait recruté 30 861 femmes ménopausées, âgées de 49 à 83 ans. Ces femmes avaient rempli un questionnaire concernant leur statut hormonal, l’hormonothérapie substitutive et leur mode de vie. Les femmes ont été suivies de 1997 à 2005.

Les chercheurs ont retrouvé parmi cette population 4324 actes chirurgicaux d’extraction de cataractes au cours des 98 mois de suivi, c’est à dire une augmentation de +14% par rapport aux femmes n’ayant jamais reçu d’hormonothérapie substitutive. Pour celles qui avaient toujours une hormonothréapie substitutive en cours, cette augmentation était encore plus élevée , atteignant +18%. Une hormonothérapie suivie plus de 10 ans amenait cette augmentation à +20%.

L’hormonothérapie n’est pas seule à incriminée. Les femmes toujours utilisatrice d’hormones de substitution et buvant nn verre d’alcool par jour ou plus avaient une augmentation d’extraction de cataracte de +42% par rapport à celles  ne prenant ni d’hormones, ni d’alcool. Le tabagisme n’avait pas d’influence dans cette étude.

La cataracte touche plus fréquemment la femme que l’homme à un âge similaire. Cela implique un rôle potentiel des hormones et en particulier de l’oestrogène. L’alcool et l’hormonothérapie substitutive pourraient également interagir en accroissant les taux d’estradiol. Il y a des récepteurs aux oestrogènes dans l’oeil.

Les femmes ayant reçu une hormonothérapie substitutive ou qui continuent à en recevoir une, ont un risque accru de cataracte surtout si en parallèle, elles consomment un verre d’alcool ou plus par jour.

Source

Hormone Replacement Therapy in Relation to Risk of Cataract Extraction: A Prospective Study of Women
Birgitta Ejdervik Lindblad, Niclas Håkansson, Bo Philipson, Alicja Wolk
Ophtalmology vol 117, issue 3, pages 424-430 (march 2010)

Crédit Photo Creative Commons by inoteb (première cataracte à Assouan)

Articles sur le même sujet