samedi 3 décembre 2016

Docbuzz

Retrouvez Docbuzz sur Twitter

Docbuzz est aussi sur Facebook

Consommer de l’eau du robinet contaminée peut augmenter le risque de cancer du sein

Des investigations scientifiques menées en 2005 et 2008 dans la région de Cape Code dans le Massachusets, une des région les plus chics de la côte est et située près de Boston, ont suggéré un lien possible entre le cancer du sein et la consommation d’eau du robinet. L’hypothèse est que l’eau du robinet serait contaminée par des infiltrations d’eaux provenant des décharges publiques et par des eaux pourtant traitées dans une usine de traitement (Barnstable Water Pollution Control Facility).

Les scientifiques ont donc cartographié les zones d’habitations de Cape Code en intégrant les système de distribution d’eau potable et en distinguant les zones susceptibles d’être contaminées par des eaux usées. Ils ont dressé un historique de la qualité des eaux. Ils ont ensuite corrélé ces données avec 2 études ayant relevé le nombre et la fréquence de cancer du sein dans la région de 1947 à 1993. Au total, cela concernait 638 femmes ayant eu un cancer du sein et 842 cas contrôle, c’est à dire des femmes habitant la région mais n’ayant jamais eu de cancer de sein. Des questionnaires ont été donnés aux participantes afin qu’elles fournissent les renseignements nécessaires sur leur consommation d’eau potable du robinet. Un historique des zones dans lesquelles habitait les participantes a finalement été réalisé afin de déterminer exactement leur localisation géographiques aux périodes au cours desquelles l’eau était contaminée par les eaux usées.

Ces travaux ont montré que les eaux usées ont commencé à contaminer l’eau potable en 1966. L’ensemble des stations de pompage de l’eau potable étaient contaminée dès 1971.

Les femmes participant à cette étude avaient plus de 60 ans, 30% de celles ayant eu un cancer du sein étaient décédées ainsi que 40% de celles n’ayant pas eu de cancer du sein. Les informations étaient alors obtenus auprès de leurs proches. La durée de contamination par l’eau du robinet variait de 1 an à 40 ans

Pour celles ayant consommé de l’eau du robinet contaminée sur une période de seulement 5 années, il n’y avait pas d’augmentation du risque. Il y avait une augmentation modére pour celles exposées sur une durée de 0 à 10 ans. En revanche, l’augmentation du nombre de cancers du sein est devenu extrêmement significatif chez les femmes exposées durant une période de 20 années en comparaison avec des femmes n’ayant jamais été exposées à cette eau du robinet contaminée.

Les installations de Barnstable Water Pollution Control continuent d’alimenter en eau potable les habitants de la région. Les mesures du taux de nitrates-nitrogènes sont un indicateur de contamination des eaux potables par des eaux usées. Ce taux normalement en dessous de 0,5 mg/L, ne doit pas dépassé 1 mg/L pour l’eau à destination d’une consommation humaine, 10 mg/L étant le taux maximum de contaminant autorisé par les agences gouvernementales US. A l’exception de quelques années, le taux dans l’eau du robinet de Cape Code était supérieur à 1 mg/L et même plutôt proche de 5mg/L de 1970 à 1990. D’autres contaminants ont pu également se trouver dans l’eau du robinet, mais n’ayant pas été recherché, il est impossible de la savoir. La situation a été maintenant corrigée.

Source

Using Residential History and Groundwater Modeling to Examine Drinking Water Exposure and Breast Cancer
Lisa G. Gallagher, Thomas F. Webster, Ann Aschengrau, Verónica M. Vieira
Environnemental Health Perspective, Published online 17 February 2010

Normes de l’eau potable en France

La qualité de l’eau dans le Rhône

Articles sur le même sujet