dimanche 25 septembre 2016

Docbuzz

Retrouvez Docbuzz sur Twitter

Docbuzz est aussi sur Facebook

Qui a fait la première reconstruction chirurgicale du nez?

Les premières reconstructions du nez, c’est à dire refaire un nez avec des lambeaux vivants sont décrits en Inde environ 600 ans avant JC. En 1794, Gentleman’s Magazine, publie une “Lettre à l’éditeur” signée B.L. qui décrit la reconstruction nasale d’un homme nommé Cowasjee, ayant eu le nez et la main amputée par les soldats du sultan Tipu. Sa lecture a poussé un chirugien Anglais, Joseph Carpue à s’entrainer à reproduire cette description tout d’abord sur des cadavers, puis sur des officiers anglais blessés. Il publiera ses travaux qui eux-mêmes pousseront d’autres chirurgiens à prendre la suite. En fait, 100 annés plus tôt, un aventurier du nom de Nicolao Manuzzi, dans un ouvrage intitulé “L’histoire des Moguls”, reproduisait déjà cette description.

Les auteurs de cet article, publié dans la revue Journal of Plastic, reconstructive and aesthetic surgery, tenaient à attirer l’attention des chirrugiens plastiques sur les travaux méconnus de cet aventurier.

Cet homme, Nicolao Manuzzi, né à Venise en1639, quitta sa ville à 14 ans et parti pour l’Inde. Il fît ses débuts comme artilleur dans l’armée de Dara Shukoh, et servit successivement plusieurs princes locaux. Il devint par lui-même un médecin respecté. Vers 1690, il débuta son “Histoire des moguls” dans laquelle un chapitre retrace la fameuse operation de rhinoplastie. En 1702, Il remit une copie de ses manuscripts à un Français de la Compagnie des Indes, M Deslandes, afin qu’ils soient publiés. Revenu en France, Deslandes donna les manuscripts à un Jésuite  qui publia sous son propre nom en 1705 une “Histoire générale de l’empire des Moguls”. Cela arriva jusqu’aux oreilles de Manuzzi qui accusa le Jésuite de plagiat et qui, pour le prouver, envoya le manuscript original au Sénat de Venise, lui demandant de publier ses travaux. Le Sénat de Venise ne le fit jamais. En revanche le plagiat du jésuite fut édité en plusieurs langues sans toutefois qu’on y retrouve la fameuse opération de rhinoplastie.

Ce sont les travaux d’un anglais William Irvine qui traduisant les manuscripts originaux de Manuzzi sorti de l’ombre la description originale de reconstruction nasale vers 1907, dont la méthode était cependant connue depuis la publication dans Gentleman’s Magazine. Le manuscript original rapporte que durant la guerre contre Bijapur, les soldats de Bijapur coupait le nez des moguls fait prisonniers avant de les relacher. Revenu au campement, les chirugiens créaient deux lambeaux à partir de la peau située au dessus des arcades sourcilières de chaque oeil et les ramenaient sur la blessure pour reconstruire le nez (voir photo décrivant la méthode Indienne selon Claude Bernard).

Les manuscripts de Manuzzi contenaient de nombreux dessins et portraits qui furent volés à Venise par les soldats de Napoléon lors de la conquête de la ville. Ils sont maintenant à la Bibliothèque Nationale à Paris.

Ainsi, c’est bien Manuzzi qui fut le premier Européen à décrire cette méthode de rhinoplastie, mais ce n’est que 100 ans plus tard que les connaissance chirurgicales innovantes que contenaient ses manuscripts ont pu parvenir jusqu’aux chirurgiens occidentaux.

Pour consulter les écrits de Nicolo Manuzzi traduits par Irvine cliquer ici (Google Book)

Source

Nicolo Manuzzi (1639-1717) and the first report of the Indian rhinoplasty
Sykes PJ, Santoni-Rugiu P, Mazzola RF
J Plast Reconstr Aesthet Surg. 2010 Feb;63(2):251-3.

Some remarks on the revival of rhinoplasty in Europe in the early nineteenth century
R. C. van de Graaf
ACTA otorhinolaryngol ita l 2009;29:226-227

Crédit Photo Illustrated manual of operative surgery and surgical anatomy Par Claude Bernard, page 186

Articles sur le même sujet