lundi 26 septembre 2016

Docbuzz

Retrouvez Docbuzz sur Twitter

Docbuzz est aussi sur Facebook

Combien vous reste t-il “d’espérance de vie sexuelle”?

La sexualité est de plus en plus reconnue comme un facteur important de bonne santé et de longévité. La moitié des 57-85 ans et le tiers des 75-85 seraient sexuellement actifs. Cependant la moitié des hommes et femmes de 57-85 ans, sexuellement actifs, disent rencontrer des problèmes. La médecine se penche rarement sur la sexualité à ces âges. En utilisant deux études américaines, les auteurs ont étudié l’association entre la sexualité et  la santé physique. Ils ont également pu estimer un nouvel indicateur publié pour la première fois, “l’espérance de vie sexuelle”, définie comme le nombre d’années restants à vivre en étant sexuellement actif.

La première étude avait inclu des adultes de 25 à 74 ans (1561 femmes et 1471 hommes), et la seconde des adultes de 57 à 85 ans (3005 hommes et femmes). Les hommes étaient plus souvent mariés que les femmes. Les femmes étaient plus fréquemment veuves. Ces deux études ont été faites à 10 années d’intervalle, l’une dans les années 1990 et la seconde dans les années 2000.

La plupart des hommes (80%) vivent en couple qu’ils soient dans une tranche d’âge moyenne ou âgée. En revanche, le fait de vivre en couple décroit chez les femmes : de 70% dans une tranche d’âge moyenne, elles ne sont plus que 58% à être en couple dans une tranche âgée. Entre 75 et 85 ans, 38% des femmes vivent en couple contre 72 % des hommes.

La sexualité et l’intérêt pour la sexualité décroît avec l’âge mais cela est plus sensible chez les femmes et d’autant plus qu’elles vivent seules :

Parmi les hommes,

– 66% des 25-54 ans ont au moins un rapport sexuel par semaine, 46% des 55-64 ans et 32% des 65-74 ans ; parmi ces derniers, 70% des 25-54 ans, 62% des 55-64 ans et 58% des 65-74 ans, jugent cette activité sexuelle de qualité,
–  70% des 25-54 ans se disent intéressés par le sexe, on passe à 62% pour les 55-64 ans et 44% pour les 65-74 ans. L’intérêt pour le sexe est en revanche moindre chez les hommes vivant seuls, passant de 59% à 30 % aux deux extrêmes des tranches d’âge.

Parmi les femmes,

– 62% des 25-54 ans ont au moins un rapport sexuel par semaine, 34% des 55-64 ans et 29% des 65-74 ans ; parmi ces derniers, 68% des 25-54 ans, 54% des 55-64 ans et 56% des 65-74 ans, jugent cette activité sexuelle de qualité,
– 62% des 25-54 ans se disent intéressés par le sexe , on passe à 38% pour les 55-64 ans et 17% pour les 65-74 ans. L’intérêt pour le sexe est en revanche moindre chez les femmes vivant seules, passant de 37% à 8 % aux deux extrêmes des tranches d’âge.

Ainsi, si 2/3 hommes et des femmes déclarent avoir une vie sexuelle de qualité dans la tranche d’âge moyen, seulement 1 femme âgée (65-75) sur 2 la trouve encore satisfaisante .

La seconde étude, faite 10 années plus tard, donne des information intéressantes puisque 40% des hommes de 75-85  disent avoir toujours une vie sexuelle et 70% d’entre eux en sont satisfaits. Parmi les femmes de de 75-85, 16% ont toujours une activité sexuelle et 50% en sont satisfaites. D’ailleurs 41% des hommes se disent toujours intéressé par le sexe contre 11% des femmes.

Une bonne santé physique est très étroitement corrélée avec le fait de vivre en couple, en particulier pour les femmes les plus âgées. L’activité sexuelle, en particulier pour les hommes et les femmes les plus âgées est aussi très étroitement associé avec une bonne santé. Parmi ceux qui avaient une activité sexuelle, une bonne santé s’associe avec une fréquence des rapports sexuels au moins hebdomadaires pour les hommes, et avec une satisfaction des ces rapports sexuels pour les hommes et les femmes d’âge moyen. Les hommes et les femmes en bonne santé se déclarent deux fois plus intéressés par le sexe.

Et l’espérance de vie sexuelle?

A 30 ans, l’espérance de vie pour un homme est de 45 ans. Selon des données recueillies dans ces études, l’espérance de vie sexuelle pour un homme de 30 ans et de 35 années, soit 10 ans inférieure à l’espérance de vie. Pour une femme de 30 ans, l’espérance de vie est de 50 ans et son espérance de vie sexuelle est de 30 années, c’est à dire 20 années de moins que son espérance de vie. Il y a bien sûr des différences mises en évidence par ces études.En effet, l’espérance de vie sexuelle des femmes en couple à 30 ans est plus élevée que celle d’un homme en couple au même âge, soit 38 années contre 36,7 années. De plus les femmes et les hommes qui déclarent avoir une vie sexuelle épanouie ont aussi une espérance de vie sexuelle accrue par rapport à la moyenne. Enfin, une bonne santé physique fait gagner encore 6 années d’espérance de vie sexuelle à l’homme et 4 années à la femme.

A 55 ans, l’espérance de vie sexuelle des hommes est de 15 ans, celle des femmes de 10 ans. Pour les hommes et les femmes en couple à cet âge, l’espérance de vie sexuelle est la même, environ 16 années. Les hommes en bonne santé à 55 ans gagnent encore 5 à 7 années d’espérance de vie sexuelle par rapport à ceux en mauvaise santé. Les femmes en bonnes santé gagnent, elles, de 3 à 6 années d’espérance de vie sexuelle.

Cette étude affirme l’importance d’être an couple et d’avoir une vie sexuelle épanouie pour conserver une bonne santé le plus longtemps possible. Le fait d’être en couple est déterminant pour avoir une vie sexuelle active, surtout entre 65 et 85 ans. Entre 70 et 80% des hommes sont en couple tout au long de leur vie contre 67% des femmes, reflétant d’une part la plus grande longévité des femmes mais aussi le fait que les hommes ont de plus en plus tendance à épouser des femmes plus jeunes qu’eux. Cela peut aussi expliquer en partie pourquoi les hommes passent une proportion plus importante que les femmes sexuellement actifs. L’introduction de médicament aidant à l’érection, en 1998, favorise également la poursuite de l’activité sexuelle chez l’homme (14% des hommes déclarent en avoir utilisé)

Source

Sex, health, and years of sexually active life gained due to good health : evidence from two US population based cross sectional surveys of ageing
Stacy Tessler Lindau, Natalia Gavrilova
BMJ 2010;340:c810

Crédit Photo Creative Commons by  Fountain Head

Articles sur le même sujet