vendredi 30 septembre 2016

Docbuzz

Retrouvez Docbuzz sur Twitter

Docbuzz est aussi sur Facebook

Une équipe française fait une découverte qui pourrait révolutionner la lutte contre le SIDA

Malgré les nombreux progrès réalisés dans la lutte contre le VIH, cette infection est toujours responsable de milliers de morts chaque année. La recherche de nouvelles cibles cellulaires, contre lesquelles diriger de nouveaux traitements antiviraux, demeure un enjeu important.

Des chercheurs de l’Institut de Biologie Structurale (CNRS /Université Joseph Fourier/CEA) ont travaillé sur un récepteur, nommé DC-SIGN, qui se trouve à la surface de cellules du système immunitaire présentes sur la peau et les muqueuses, premiers sites de rencontre avec le VIH. Ce récepteur est impliqué dans les phases initiales de l’infection par le VIH. Il représente une cible thérapeutique potentielle qui n’a pas encore été exploitée. En temps normal, ce récepteur capture des agents infectieux, les dégradent et en présentent les morceaux, en se déplacant jusqu’aux organes lymphoïdes, déclenchant une réponse immunitaire ciblée contre l’agent infectieux. Le système immunitaire produit des lymphocytes T capables de combattre ce pathogène. Le VIH, lui, utilise DC-SIGN pour se faire transporter intact jusqu’aux lymphocytes T qu’il va infecter. Il s’attaque en particulier aux lymphocytes T CD4+ et les utilise pour diffuser et se multiplier.

Les chercheurs français ont mis au point une molécule capable d’inhiber le processus de transfert du VIH aux lymphocytes T CD4+. Cette molécule est reconnue par le récepteur DC-SIGN, et empêche le VIH de l’utiliser rendant impossible la contamination des lymphocytes T CD4+ par le VIH.

In vitro elle s’est montrée capable d’empêcher le transfert du VIH d’une cellule à une autre. Prochaine étape : les études précliniques menées sur des modèles animaux.

Cette molécule pourrait également présenter des débouchés dans l’inhibition de l’infection par d’autres virus tels que l’hépatite C, la dengue, le virus Ebola, le virus du SRAS, la bactérie Mycobacterium tuberculosis (responsable de la tuberculose) et un certain nombre de parasites.

Source

Inhibition of DC-SIGN-Mediated HIV Infection by a Linear Trimannoside Mimic in a Tetravalent Presentation
Sara Sattin, Anna Daghetti, Michel The%u0301paut, Angela Berzi, Macarena Sa%u0301nchez-Navarro, Georges Tabarani, Javier Rojo, Franck Fieschi, Mario Clerici, Anna Bernardi
ACS Chemical Biology, 2010; 5 (3): 301

Crédit Photo Creative Commons by Zoriah

Articles sur le même sujet