dimanche 25 septembre 2016

Docbuzz

Retrouvez Docbuzz sur Twitter

Docbuzz est aussi sur Facebook

Un médecin meurt de l’exercice de ses fonctions

“De deux douleurs simultanées, la plus forte obscurcit l’autre” disait Hyppocrate. Le Docteur Eric Delous, ne supportant plus la première, s’en est administrée une seconde, la plus douloureuse, la mort, seule capable, a t-il peut-être imaginé, d’obscurcir la première.

Médecin anesthésiste au CHU de Montpellier, le Docteur Eric Delous aurait commis, comme il l’a immédiatement reconnu, une erreur. Une dose d’anesthésiant trop puissante administrée à une fillette, entraînant une paralysie des membres inférieurs. Erreur douloureuse pour l’enfant, pour sa vie future, pour la famille. Une erreur. Quel médecin peut jurer terminer sa carrière sans avoir commis une erreur? Quel professionnel, de quelque profession qu’il s’agisse, pourrait un jour le prétendre?

L’exercice de la médecine est complexe, la confrontation à la mort fréquente. Les succès face à elle le sont aussi. Faut-il du courage pour se décider à l’affronter? Combien sont-ils les courageux qui un jour décident d’enfiler cette blouse blanche? Combien sont-ils à accepter le risque de se donner au mieux être et à la survie des autres? Le Dr Delous avait choisi la blouse blanche et la complexe tâche de l’anesthésie-réanimation. Un jour, il a trébuché. Combien d’hommes, de femmes et d’enfants avait-il contribué à soigner? Combien de vies aurait-il pu encore soulager s’il avait choisi une autre voie que celle de la plus forte obscurité?

L’avenir ne sera fait que de questions sans réponses. Tous le savait affecté, éprouvé, et tous sont aujourd’hui émus. Le Dr Delous a été suspendu de ses fonctions par l’administration, “une gestion froide est deshumanisée” (Philippe Cathala) s’est mise en place. L’homme a probablement été oublié par tous jusqu’à ce qu’il se rappelle à tous, oubliant la différence entre l’erreur d’un professionnel et la mort d’un professionnel tué par une erreur.

Cher Dr Delous, nous ne vous connaissions pas et nous regrettons d’avoir eu à le faire de la sorte. Fasse que votre peine se soit aujourd’hui envolée et que les anges vous apportent tous les secrets d’humanité qui nous manquent tant.

Articles sur le même sujet