mardi 27 septembre 2016

Docbuzz

Retrouvez Docbuzz sur Twitter

Docbuzz est aussi sur Facebook

Jusqu’où peut-on aller pour vendre une crème anti-âge?

Seriez-vous intéressée par une crème qui vous promet de retrouver votre peau de bébé? Même si cette crème est à base de cellules foetales? C’est le produit que met en vente la société Suisse Neocutis.

La crème commercialisée par Neocutis contient des extraits de cellules de peau d’un foetus, récupérées après un avortement. Ces cellules ont été cultivées et multipliées industriellement explique le site internet du fabriquant. L’objectif initial était de réaliser une préparation dermatologique afin de venir en aide aux patients ayant de grandes brûlures cutanées. Le processus était semble t-il efficace. Un laboratoire privé, Neocutis, à donc élaboré une gamme de produits anti-âge, “pour les peaux sensibles, stressées et irritées”, vendue uniquement par l’intermédiaires de médecins, et destinée dorénavant à un public plus large et plus rémunérateur.

Certains pourraient être choqués par une telle pratique, voilà ce que répond la société Néocutis : “Depuis les années 1930, la communauté médicale internationale a utilisé du tissu foetal pour mieux comprendre la biologie de la cellule et comme outil de développement des vaccins, qui ont sauvé des millions de vies à travers la planète. Le prix Nobel de médecine 1954 a été donné à des chercheurs qui avaient utilisé des cellules de rein foetal pour développer le vaccin contre la poliomélite. Bientôt, les patients ayant subi des brûlures sévères, des ulcères de jambe, ou d’autres blessures, guériront plus rapidement, en sécurité, et avec moins de séquelles grâce à l’émergence de nouveaux traitements développés à partir de cultures de cellules de peau de foetus. Notre opinion, qui est partagé par la majorité du corps médical et des patients, est que l’utilisation limitée, prudente et responsable, d’une donation de tissu de peau de foetus peut aider à réduire les souffrances, à accélérer les guérisons, sauver des vies et améliorer le bien-être de nombreux patients à travers le monde. Bien-sûr, la question importante est la suivante : est-ce que la communauté médicale réalise cela dans le respect de la dignité humaine et d’une manière hautement contrôlée et responsable? C’est une préoccupation que nous prenons très au sérieux. La petite partie de peau de foetus qui nous a été donnée et qui a rendu possible le développement de notre traitement, provenait de l’avortement d’un foetus qui ne pouvait pas survivre; l’avortement fut déclaré nécessaire par les médecins. La donation volontaire à la recherche médicale a été accepté par les parents par écrit et à été réalisée en accord avec les strictes lois Suisses qui régulent les donations d’organes et les procédures similaires.

Pour être clair, nos produits ne proviennent pas directement des tissus donnés. Nous avons seulement utilisé les protéines des cellules de peau cultivées. Il n’y avait pas de cellules souches foetales. Aucun autre don de cellule n’a été nécessaire. en fait ces cellules nous ont permis de produire 900 millions de bandages pour des blessures sévères, des brûlures et autres maladies de peau sévères.”

Questions : Si les parents avaient su que le but ultime de “la recherche médicale” était de développer une crème de beauté “pour les peaux sensibles, stressées et irritées”, auraient-ils finalement accepté de faire un tel don? Notre société est-elle donc prête à tout pour commercialiser des crèmes de l’éternelle jouvence? Les consommatrices sont-elles prêtes à se badigeonner le visage de protéines foetales reproduites à partir d’un foetus avorté pour paraître plus “belles”?

En tous les cas, il est fort peu probable, comme l’affirme la société Néocutis, que “la majorité du corps médical” partage leur point de vue.

Source

Site internet de la société Neocutis

Crédit Photo Creative Commons by AnnaAniston

Articles sur le même sujet