samedi 3 décembre 2016

Docbuzz

Retrouvez Docbuzz sur Twitter

Docbuzz est aussi sur Facebook

Les oeufs de poule fournissent un traitement contre la grippe H5N1

La pandémie de virus H5N1, encore appelée grippe aviaire, a posé des problèmes de santé publique majeurs à travers le monde sans compter  les milliers d’animaux d’élevages qui ont du être abattus. Les conséquences économiques ont été importantes dans certains pays comme le Vietnam qui a introduit une vaccination de masse des gallinacés, pour les protéger du virus H5N1. Des scientifiques ont posé l’hypothèse que suite aux vaccinations, les oeufs des poulets pouvaient contenir des anticorps dirigés contre le virus H5N1.

Après avoir simplement acheté des oeufs, pondus par des poules vaccinées, dans des supermarchés au Vietnam, les chercheurs ont isolé ces anticorps et les ont administré par voie nasale à des souris. Ils ont ensuite testé l’effet de cette immunisation en injectant le virus H5N1 ou le virus H5N2 aux souris. Les souris n’ont pas développé d’infection. Lorsque les anticorps étaient administrés après le virus, ils ont évité une infection grave. Les scientifiques ont même démontré que l’efficacité de ces anticorps était supérieure à celle d’un antiviral utilisé pendant la pandémie H1N1, le zanamivir. Cette méthodologie serait tout à fait applicable au virus H1N1 écrivent les auteurs.

Cette étude fourni un rationnel à une immunisation passive efficace, massive et disponible rapidement y compris dans des pays qui ne sont pas équipés en infrastructures pharmaceutiques complexes. Le coût du développement en est par ailleurs extrêmement limité. Il suffit de vacciner des poulets!

Une bonne nouvelle pour notre prochain ministre de la santé…

Source

Prophylactic and Therapeutic Efficacy of Avian Antibodies Against Influenza Virus H5N1 and H1N1 in Mice
Huan H. Nguyen, Terrence M. Tumpey, Hae-Jung Park, Young-Ho Byun, Linh D. Tran, Van D. Nguyen, Paul E. Kilgore, Cecil Czerkinsky, Jacqueline M. Katz, Baik Lin Seong, Jae Min Song, Young Bong Kim, Hoa T. Do, Tung Nguyen, Cam V. Nguyen, Ding Xiang Liu.
PLoS ONE, 2010; 5 (4): e10152 DOI: 10.1371/journal.pone.0010152

Crédit Photo Creative Commons by cafemama

Articles sur le même sujet