samedi 3 décembre 2016

Docbuzz

Retrouvez Docbuzz sur Twitter

Docbuzz est aussi sur Facebook

Darwin, victime de sa propre théorie de sélection des espèces

Charles Darwin, naturaliste Anglais, a connu la célébrité après la publication de son premier ouvrage, “On the Origin of Species by Means of Natural Selection, or the Preservation of Favoured Races in the Struggle for Life” (L’Origine des espèces par le moyen de la sélection naturelle, ou la préservation des races favorisées dans la lutte pour la vie). Moins connu est son second ouvrage où il appliquait sa théorie dérivée de l’analyse du monde animal et végétal, au monde de l’être humain, “La Filiation de l’homme et la sélection liée au sexe”, dans lequel il décrivait en particulier les risques de la consanguinité.

Une analyse généalogique menée par une collaboration hispano-américaine, permet de penser aujourd’hui que la famille de Darwin a été largement touchée par cette sélection naturelle liée à la consanguinité, comme Darwin l’avait lui-même suspecté. Charles Darwin a épousé sa cousine, Emma Wedgwood, dont il eu 10 enfants. Trois décédèrent avant l’âge de 10 ans (Mary-Eleanor à 23 jours, Annie à 10 ans de tuberculose  et Charles à 18 mois de scarlatine) et 3 des 6 enfants survivants n’eurent pas de descendance malgré leur mariage. La consanguinité expose justement à un risque accru d’infections et d’infertilité.

Ayant travaillé à partir de  l’arbre généalogique de Charles Darwin, les scientifiques ont mesuré le coefficient de consanguinité, chiffrant la possibilité pour chaque individu de la famille Darwin-Wedgwood, de recevoir 2 copies identiques d’un même gène du fait des mariages consanguins. Les analyses ont confirmé le risque de consanguinité pour les enfants décédés avant l’âge de 10 ans (coefficient de consanguinité à 6,25%).

En quatre générations, les 25 couples de la famille Darwin-Wedgwood eurent 176 enfants dont 21 décédèrent avant l’âge de 10 ans.

Cette étude confirme les craintes que Darwin avait lui même formulées sur les causes des décès de ses enfants, après avoir constaté que les fertilisations croisées des végétaux était plus efficaces que les auto-fertilisations pour obtenir des plantes belles et robustes. Les gènes étaient encore inconnus à l’époque.

Source

Was the Darwin/Wedgwood Dynasty Adversely Affected by Consanguinity?
Tim M. Berra, Gonzalo Alvarez, and Francisco C. Ceballos
BioScience, 2010; 60 (5): 376

Crédit Photo Creative Commons by Kaptain Kobold

Articles sur le même sujet