samedi 3 décembre 2016

Docbuzz

Retrouvez Docbuzz sur Twitter

Docbuzz est aussi sur Facebook

La Chine, nouvel eldorado de la syphilis

Aucun autre pays au monde ne connaît actuellement une telle explosion de maladie infectieuse transmissible. La syphilis submerge la Chine, alors qu’elle avait pratiquement disparue du pays il y a 50 ans. Un bébé nait chaque heure avec une syphilis congénitale; la fréquence a été multiplié par 12 en 5 ans. Les conséquences en sont sévères et le taux de mortalité approche les 50%.  A Shanghaï, la plus grande ville du pays, la syphilis est la maladie transmissible la plus fréquente.

La responsable? L’explosion économique de la Chine et son entrée dans une économie ultralibérale. Le nombre croissant de riches hommes d’affaire et de femmes jeunes sans argent s’est traduit par une expansion de l’industrie du sexe. Acheter ou vendre du sexe est un comportement à risque condamné par la sociéte chinoise. Selon les chiffres officiels, les prostitués femmes ou hommes portent la responsabilité l’épidémie de siphilis, d’abord à cause de rapports sexuels non protégés mais aussi parce que la stigmatisation de leur activité les décourage de se faire soigner de peur d’être identifiés comme un “déviant social”. La réponse policière à la prostitution peut aller de l’amende à l’internement dans des camps de rééducation.

Pourtant faire accéder cette catégorie de la population aux soins est devenu un enjeux de santé publique. Certaines organisations débutent un programme de conseil et de soins auprès de ces populations marginalisées. Des tests rapides de la syphilis, permettant d’obtenir un résultat dans la demi-heure sont disponibles dans des laboratoires non équipés comme dans d’autres endroits tels que les sauna ou les hôtels. Un simple traitement par la pénicilline permet alors de la guérir.

Dans les années 1950, le gouvernement chinois avait pris la décision de fermer tous les hôtels de passe et de traiter à la pénicilline toutes les prostituées. La prise de conscience semble dorénavant avoir eu lieu. Dans les provinces les plus touchées, des dépistages gratuits sont organisés pour les femmes enceintes et les groupes à risque. Le gouvernement participe à cet effort en acceptant la diffusion des tests en dehors des endroits habituels et en laissant travailler plusieurs organisations. Le gouvernement Chinois projette également d’analyser l’effet de la prise en charge de la syphilis sur le taux de nouvelles infections par le HIV, deux infections fréquemment retrouvées associées.

Pour éliminer à nouveau la syphilis, sa reconnaissance comme un problème de santé publique, l’engagement de fonds financiers et l’appui des organisation non gouvernementales sont indispensables.

Scource

Syphilis and Social Upheaval in China
Joseph D. Tucker, M.D., Xiang-Sheng Chen, M.D., Ph.D., and Rosanna W. Peeling, Ph.D
New england Journal of Medicine May 6, 2010, Number 18, Volume 362:1658-1661

Crédit Photo Creative Commons by colodio


Articles sur le même sujet