dimanche 4 décembre 2016

Docbuzz

Retrouvez Docbuzz sur Twitter

Docbuzz est aussi sur Facebook

Le paludisme pourrait-il réapparaître sur l’île de la Réunion?

Le paludisme est endémique dans plus de 100 pays à travers le monde. Chaque année, 125 millions de touristes séjournent dans ces pays et 30 000 reviennent chez eux avec avec un paludisme. Les plus exposés sont les immigrants qui retournent dans leur pays d’origine pour un temps bref visiter leur famille, probablement car ils pensent ne pas avoir besoin de se protéger.

L’île de la Réunion, est peuplée par 810 000 français.Le paludisme y a été endémique pendant un siècle suite à son introduction par des esclaves amenés de Madagascar et d’Afrique de l’ouest au XIXe siècle. Le paludisme a été officiellement éradiqué en 1979. Cependant le parasite continu d’être régulièrement importé par les voyageurs de retour de pays où il reste endémique, comme les Comores. De plus, le moustique Anopheles arabienis, vivant sur l’île, est un vecteur idéal du paludisme. Des scientifiques de l’INVS ont voulu déterminer si ce flux de voyageurs avait la capacité de réinstaller le paludisme sur l’île de la Réunion.

Les voyages entre la Réunion et des pays infectés par le paludisme augmentent régulièrement ; ils sont passés de 100 000 à 125 000 par an entre 2001 et 2008. De 1979 à 2008, 3722 cas de paludisme importés ont été recensés, dont 1481 cas de voyageurs rentrant des Comores, les autres revenant de Madagascar, d’Afrique du Sud ou de Mayotte. Ce nombre est en décroissance depuis 2001. L’âge moyen des malades est de 34 ans, 64% sont des hommes, et 21% sont des enfants de moins de 15 ans. 44% des personnes infectées avaient pourtant pris des médicaments antipaludéens pour prévenir l’infection.

L’étude confirme donc un risque important existant pour le immigrants et leur enfants vivant sur l’île de la Réunion, risque probablement sous-estimé par cette population qui croit posséder une immunité. La combinaison d’un climat propice, des conditions socio-économiques défavorables de cette population, l’existence d’un vecteur efficace et l’insuffisance de protection lorsque ces populations visitent leur pays d’origine, sont les pré-requis suffisants à une réimplantation du paludisme sur l’ïle de la Réunion, comme cela a été décrit dans d’autres îles.

Pour réduire ce risque, une protection contre les piqûres de moustique et un traitement antipaludéen efficace doivent être recommandés. La moitié des personnes prenant un traitement recevaient en fait de la chloroquine qui est inadaptée pour des voyages en zone d’endémie telles que l’Afrique, les Comores, Mayotte ou Madagascar. D’autres traitement prophylactiques efficaces existent et doivent leur être prescrit si l’on veut les protéger efficacement et éviter tout retour du paludisme sur l’île de la Réunion.

Source

Malaria imported into Reunion Island: is there a risk of re-emergence of the disease?
D’Ortenzio E, Sissoko D, Dehecq JS, Renault P, Filleul L.
Trans R Soc Trop Med Hyg. 2010 Apr;104(4):251-4. Epub 2009 Nov 14.

Crédit Photo Creative Commons by CAK31

Articles sur le même sujet