lundi 26 septembre 2016

Docbuzz

Retrouvez Docbuzz sur Twitter

Docbuzz est aussi sur Facebook

Les premiers “êtres” vivants synthétiques ont été créés

Craig  Venter, président fondateur du  J. Craig Venter Institute vient d’annoncer à la planète la naissance, au sein de son institut de la première cellule vivante à génome créé synthétiquement. Cette cellule n’existe pas dans la nature, c’est une création de l’homme. Craig Venter s’est fait connaître du monde entier en tant que pionnier du séquençage de l’ADN humain.

En 2007, Craig Venter avait annoncé la création  d’un chromosome artificiel de synthèse. Ce chromosome synthétique copiait une partie de l’ADN d’une bactérie,  Mycoplasma genitalium.

Il publie avec l’équipe de son institut, dans la prestigieuse revue Science, les résultats de leurs derniers travaux. Après avoir réussi la synthèse, l’assemblage et le clonage du génome transformé de la bactérie Mycoplasma Mycoïde, ils ont  réussi après de multiples tentatives avortées, à implanter ce matériel génétique dans une autre bactérie Mycoplasma Capricolum. Le génome synthétique contenait toutes les informations génétiques nécessaires au développement cellulaire moins quelques gènes, ce qui permettait de le différentier d’un ADN naturel. Le génome implanté a entrainé le blocage du génome de la bactérie et s’est substitué à lui. Les cellules activées par le génome synthétique ont réussi à se répliquer seules. Les cellules qui se sont créées sont petites, ovoïdes et entourées d’une membrane cytoplasmique, comme toutes les cellules.

Cette approche est dorénavant applicable à la synthèse et à la transplantation de tout nouveau génome. Si la méthode décrite peut être généralisée, la synthèse, l’assemblage et la transplantation de chromosomes synthétiques ne sera plus une barrière au progrès de la synthèse biologique.

“Nous espérons que le coût de la synthèse d’ADN suivra le même chemin que le séquençage de l’ADN, continuant à décroître de manière exponentielle. Des coûts de synthèse faibles combinés à une automatisation rendront applicables un grand nombre d’applications pour que la synthèse génomique puisse être généralisée. Alors que les applications relatives à la synthèse du génome s’étendent, nous anticipons que ce travail va entraîner des discussions philosophiques à fortes implications sociétales et éthiques. Nous encourageons la poursuite de ces discussions” concluent les auteurs.

Source

Creation of a Bacterial Cell Controlled by a Chemically Synthesized Genome
Daniel G. Gibson, John I. Glass, Carole Lartigue, Vladimir N. Noskov, Ray-Yuan Chuang, Mikkel A. Algire, Gwynedd A. Benders, Michael G. Montague, Li Ma, Monzia M. Moodie, Chuck Merryman, Sanjay Vashee, Radha Krishnakumar, Nacyra Assad-Garcia,Cynthia Andrews-Pfannkoch, Evgeniya A. Denisova, Lei Young, Zhi-Qing Qi,Thomas H. Segall-Shapiro, Christopher H. Calvey, Prashanth P. Parmar, Clyde A. Hutchison, III, Hamilton O. Smith, J. Craig Venter
Science Published Online May 20, 2010

Site internet du J. Craig Venter Institute

Crédit Photo J. Craig Venter Institute

Articles sur le même sujet