lundi 5 décembre 2016

Docbuzz

Retrouvez Docbuzz sur Twitter

Docbuzz est aussi sur Facebook

L’exposition prénatale au Bisphénol A programmerait un cancer du sein à l’âge adulte

Une étude menée chez l’animal révèle que l’exposition in utero à un disrupteur endocrinien tel que le bisphénol A (BPA) et le diéthylstilbestrol (DES), le fameux distilbène, qui a provoqué des dizaines de milliers de cas de cancers, de malformations et de stérilités chez des jeunes femmes dont la mère avait reçu ce médicament, modifierait à jamais l’avenir du foetus féminin. Selon cette nouvelle étude, publiée dans la revue Hormones & Cancer, la revue officielle de la société d’endocrinologie Américaine, l’exposition prénatale au distilbène comme au bisphénol A pourrait accroître le risque de cancer du sein à l’âge adulte. Ces deux substances chimiques sont des disrupteurs endocriniens, c’est à dire qu’ils interfèrent avec la synthèse et les effets normaux des hormones chez les êtres humains et les animaux, entraînant des anomalies de développement, des réductions de la capacité de reproduction, ainsi que des anomalies neurologiques et immunitaires écrivent les auteurs. Ces substances chimiques sont massivement produites par exemple pour fabriquer des plastiques et se sont diffusées dans l’ensemble de notre environnement.

“Le bisphénol A est un estrogène faible et le diéthylstilbestrol un oestrogène fort, mais dans notre étude, les deux ont un effet important sur l’expression génétique des cellules des tissus mammaires tout au long de la vie” a déclaré le Dr Hugh Taylor, “Tous les oestrogènes, y compris ceux considérés comme faibles peuvent altérer le développment des seins et programmer une femme, qui aurait été exposée pendant sa vie prénatale, à un risque accru de cancer du sein”.

Dans l’étude, les chercheurs ont traité des souris enceintes avec du bisphenol A ou du diéthylstilbestrol et ont suivi l’évolution des souriceaux jusqu’à leur âge adulte. En fait les scientifiques ont émis l’hypothèse que des altérations épigénétiques précèderaient une néoplasie du sein. Ils ont donc suivi l’évolution d’un régulateur épigénétique, le EZH2, dont l’expression est lié à la survenue de cancer du sein chez la femme. La quantité de ces deux substances auxquelles ont été exposés les foetus est comparable à celle auxquels sont exposés les êtres humains régulièrement.

Les foetus exposés, devenus adultes, montrent une expression multipliée par 2 à 3 de l’EZH2 dans leur tissus mammaires à l’âge adulte, par rapport à des souris contrôles qui n’ont pas été exposées aux disrupteurs endocriniens.

“Cette étude pose d’immenses problèmes de santé publique vis-à-vis de l’exposition aux disrupteurs endocriniens tels que le bisphénol A et suggère une surveillance accrue des femmes exposées à ces produits chimiques du fait d’un risque de cancer du sein qu’il provoque” a encore déclaré Taylor Hugh après la publication des résultats.

Récemment, en France, les députés ont timidement interdit l’utilisation des biberons en plastique produits à partir de bisphénol A. Au Sénat, une interdiction totale du bisphénol A avait été proposée mais retirée suite à un amendement de l’UMP Gérard Deriot (lire notre article Docbuzz)

Source

In Utero Exposure to Diethylstilbestrol (DES) or Bisphenol-A (BPA) Increases EZH2 Expression in the Mammary Gland: An Epigenetic Mechanism Linking Endocrine Disruptors to Breast Cancer
Leo F. Doherty, Jason G. Bromer, Yuping Zhou, Tamir S. Aldad, Hugh S. Taylor
Hormones and Cancer, 2010

Crédit Photo Creative Commons by BasileLeConquerant

Articles sur le même sujet